Rechercher du contenu

Wish List

Newsletter du 24 mars 2021

 

 

Chers lecteurs,

 
 
Choses qu’il me prend l’envie de (re)découvrir sur grand écran : toutes sortes de visages ; l’Amérique (mythe, réalité, concept…), filmée sur les lieux mêmes ou, pour des raisons budgétaires, dans les Grands Causses ; montage alterné accouchant d’un twist hardi : crêtes insensées dans la chaîne du Karakoram, tempêtes au large du Cap-Vert, alpinistes grimpant les unes et marins affrontant les autres (ainsi parvenu au sommet du Gasherbrum, le héros se découvre au fond de l’Atlantique) ; le Sacre de Napoléon depuis le point de vue du marbre (cut : dans le plan suivant, je finis ma salade tomate-mozzarella dans mon petit studio parisien et songe, mélancolique : “Notre-Dame… t’en souvient-il… et à quelles cérémonies songes-tu à présent… dans tes échafaudages…”) (possibilité d’un tome 2 : Waterloo dans l’œil d’un cheval) ; des révélations si capitales qu’il nous prendrait l’envie de frapper aux portes d’inconnus pour les leur répéter ; des orages suffisamment puissants pour douter de l’étanchéité de l’écran une table de banquet survolée en travelling et à la vitesse de l’appétit ; “déployé[s] devant nous [,] le royaume du mouvement” (Karol Irzykowski), “la beauté simple et intense de la vérité” (Emilia Pardo Bazán) et “le rêve de la foule” (Jules Romain) (1) ; la vérité sur John Fitzgerald Kennedy ; la biographie officielle de Stefan Edberg (sous-titre : “un drame slicé” ; si prod. intéressée, me contacter par retour de mail) ; Louise Brooks ressuscitée, les Beatles reformés (line-up originel) ; le combat d’un insecte contre des obstacles tout relatifs dans l’absolu mais à son échelle considérables (une méditation sur la condition humaine peut-être bien) ; Antigone : l’opéra-rock (non) ; Les Mémoires d’un misérable et Le Roman d’un révolté (l’un serait le remake hollywoodien de l’autre) ; Alien/Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? : le crossover (et chapitre final sans doute) ; un programme politique et une ligne de conduite morale pour des mondes encore non advenus ; une Histoire de la lumière (des origines à nos jours) ; le biopic d’un terrain vague reconverti en zone franche (success story toute relative) ; Souvenirs du Pays de Cocagne (à partir de ce titre, imaginer le film) ; la chronique du basculement soudain dans la folie d’un homme qui, cherchant l’émoji parfait pour exprimer son humeur dans une conversation WhattsApp, ne le trouve pas et, négligeant de dormir et de s’hydrater, les passe tous en revue ; un film qui permettrait “de voir davantage que les choses elles-mêmes” (2) ; des lignes, des volumes, des ombres, des couleurs (faites-moi donc un petit assortiment de Pâques) ; etc.
 
À défaut, dans un premier temps – une fois les cinémas rouverts –, feront l’affaire : le ratio contractuel des images animées négocié en 1929 par les syndicats et les studios (vingt-trois pour le commerce, une pour l’art) ; des valises de billets changées en pixels gras ; ou la moindre affabulation autorisant à s’aventurer par l’esprit au-delà de dix kilomètres de chez soi – quoi que ce soit, en somme, qui rappelle à l’auteur de ces lignes ce qu’est un film et ce qu’il est possible d’en attendre.
 
 
Portez-vous bien, chers lecteurs,

 

 

Thomas Fouet

_

 

(1) Formules empruntées à l’ouvrage Le Cinéma : naissance d’un art, textes choisis et présentés par Daniel Banda & José Moure, Éditions Flammarion, Paris, 2008.
(2) Le Grand Partout, William T. Vollmann, Actes Sud, 2011. Racontant un trajet clandestin à bord d’un train de fret entre Salinas et Santa Barbara, il écrit : “(…) je suis consterné par la pauvreté de mes descriptions, comme si je n’avais pas réussi à rendre assez vrai ce que j’ai vu. La faute sans doute à la vitesse, qui m’empêchait de voir davantage que les choses elles-mêmes.

_

Photo : Les Ascensions de Werner Herzog (Copyright Potemkine Films)

 

Newsletter du 24 mars 2021
Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir chaque mercredi la newsletter des sorties :