Rechercher du contenu

Zone hostile de Mikael Håfström

La semaine dernière, je vous avais promis de l’action : après le drame intimiste Pieces of a Woman, vous allez être servis ! Mikael Håfström, cinéaste suédois auteur d’une série de films US oubliables et oubliés (Chambre 1408, Le Rite avec Anthony Hopkins, Évasion avec… Stallone et Schwarzy !), s’attaque au film de guerre futuriste. Dans un futur proche donc, la guerre n’a que peu évolué : un conflit en Europe de l’Est (le Donbass ?) voit le déploiement de robots de combats américains, en soutien à l’infanterie traditionnelle. Les drones sont toujours monnaie courante : lors d’une opération, le lieutenant Thomas Harp, pilote de drone aux états de service excellents, désobéit à un ordre et provoque la mort de 2 soldats. À ses yeux, il a sauvé le reste de l’escouade ; pour ses supérieurs, il mérite la court martiale. Mais en lieu et place d’une condamnation et d’un emprisonnement, le voici détaché auprès du mystérieux Leo…

© Jonathan Prime – Netflix

L’objectif premier de la hiérarchie est d’ouvrir les yeux de Thomas : les yeux scotchés à son écran, il ne vit la guerre qu’à distance, avec son joystick et sa gachette. D’autres films ont déjà abordé le sujet de la guerre moderne perçue comme un simple boulot – Andrew Niccol s’y est frotté avec Ethan Hawke dans Good Kill – mais Zone hostile semble chercher à montrer que Thomas manque d’expérience, est trop détaché et risque de confondre son travail avec un jeu vidéo. Leo, cyborg révolutionnaire et top secret, va devenir son mentor… comme Denzel Washington pouvait ambitionner de l’être pour Ethan Hawke (encore lui !) dans Training Day. Car, aussi décevant que puisse être le film par son intrigue limitée, son approche réductrice de la science-fiction et sa représentation standardisée de l’action, il séduit sur un point : la relation qui se noue entre Thomas et Leo, incarnés par deux excellents acteurs, Damson Idris (la série TV Snowfall) et Anthony Mackie (je vous passe la liste de tous les Marvel dans lesquels il est apparu). Leurs personnages entretiennent des rapports suffisamment complexes pour tenir le spectateur en haleine et le pousser à s’interroger sur leurs intentions, jusqu’à une conclusion un brin confuse et bâclée… Dommage.

La semaine prochaine, je vous emmène en Inde, pour la première bonne surprise de 2021 : l’adaptation d’un best-seller sur fond de lutte des classes !

Zone hostile (Outside the Wire) de Mikael Håfström (1h54 – États-Unis, 2021)
Disponible dès le vendredi 15 janvier 2021 sur Netflix