Rechercher du contenu

L’Incroyable histoire de l’île de la Rose de Sydney Sibilia

Connaissez-vous l’histoire pour le moins intrigante de la République espérantiste de l’Île de la Rose, et de son fondateur, Giorgio Rosa ? Ou comment un ingénieur italien, en testant une nouvelle technique de construction de plateforme offshore, a profité de l’opportunité d’être dans les eaux internationales, au large de Rimini, pour… créer un pays. Ou plutôt une micronation de 400 m², que les amis de fortune de Giorgio (un camarade de fac, un naufragé, un apatride, une mineure enceinte) vont transformer en lieu branché le temps d’un été 1968. Mais la fête ne suffisait pas à combler Giorgio : il voyait plus grand. Et pourquoi ne pas déclarer son indépendance de l’Italie ?

À l’évidence, le quatrième film de Sydney Sibilia prend ses libertés avec la réalité historique, et fait de Giorgio un doux rêveur anticonformiste. Soit. Mais quel dommage, alors, que Sibilia, tout affairé à tricoter ce qu’il considère peut-être comme une flamboyante histoire d’amour (spoiler : elle est sans intérêt), néglige son sujet : celle d’une utopie folle, absurde, poétique et enivrante. Le Giorgio que compose Elio Germano (toujours bon, et le seul acteur disposant ici d’un rôle suffisamment écrit) a la hantise d’être rangé dans une case et d’y dépérir. Habile créateur (sa voiture, fabriquée pour les besoins de son examen de fin d’études, est là pour en attester), épris de liberté mais pas franchement épicurien, il cherche, avec “son” île, son identité. L’amalgame politique que font les autorités italiennes sur son cas – s’il aime la liberté et n’aime pas les règles, c’est qu’il est donc anarchiste – n’est malheureusement pas plus examiné que ça : ce n’est qu’un élément anecdotique dans la farce politique que le réalisateur développe au fil du film. Et la mise en scène peu inspirée et répétitive de Sibilia démontre qu’incontestablement, il n’était pas l’homme adapté pour conter cette histoire vraie qui méritait mieux.

L’Incroyable histoire de l’île de la Rose de Sydney Sibilia (1h57 – Italie, 2020)
Disponible dès le mercredi 9 décembre 2020 sur Netflix