Rechercher du contenu

ADN de Maïwenn

Pour sa cinquième réalisation, Maïwenn convoque ses thèmes de prédilection et livre une œuvre intime et sensible autour du deuil et de l’identité. Moins puissant que ses films précédents mais indéniablement émouvant, ADN est une jolie réussite.

Avec : Fanny Ardant (Caroline), Louis Garrel (François), Dylan Robert (Kevin), Marine Vacth (Lilah), Caroline Chaniolleau (Françoise), Alain Françon (Pierre), Florent Lacger (Ali), Henri- Noël Tabary (Matteo), Omar Marwan (Emir Fellah), Maïwenn (Neige).

La famille de Neige fête l’édition des mémoires du grand- père, Emir, un livre destiné au cercle familial. Neige adore Emir, qui meurt peu de temps après. La famille se réunit pour le veiller et préparer les funérailles, ce qui éveille de nombreuses tensions au sujet du choix du cercueil, ou encore sur le caractère musulman ou laïc de la cérémonie. Neige a des rapports compliqués avec ses parents. À l’enterrement, Caroline interrompt Neige qui s’apprête à lire un texte écrit par la rédactrice des mémoires d’Emir. Neige récupère les cendres d’Emir et coupe les ponts avec sa mère, malgré son amour pour elle.

SUITE…

Elle peut compter sur le soutien permanent de François, son ex. Son frère Ali annonce qu’il va se marier. Neige entame des démarches pour obtenir la nationalité algérienne, et fait un test ADN pour mieux connaître ses origines. Elle se rend chez son père, qui quant à lui refuse d’en faire un. S’ensuit un déjeuner familial où ses frères et sa sœur Lilah prennent, de force, un échantillon de salive du père, dont les serpents domestiques sont partout. C’était en fait un rêve. Dans la rue, Neige fait un malaise car elle est sous-alimentée. À l’hôpital, elle reçoit un coup de téléphone et s’enfuit sans ses affaires. Lilah, qui vient la voir, répond à son tour, prend la carte d’identité de Neige et la retrouve à l’ambassade d’Algérie, où Neige reçoit son nouveau passeport. Neige se rend à Alger.

Commentaire

Avant de pouvoir tourner son film d’époque, sur lequel elle planche depuis quatre ans, Maïwenn a mis en scène ADN, un drame intimiste dans l’esprit de ses débuts de réalisatrice : un tournage très court, une équipe réduite, un récit personnel. Maïwenn met toujours beaucoup d’elle dans ses films, c’est l’essence même de son cinéma. ADN pourrait même en constituer le paroxysme, puisqu’elle incarne aussi le personnage principal, Neige, ce qu’elle n’avait pas fait depuis Pardonnez-moi (2006), sa première réalisation. Dans sa première partie, ADN pose la question de l’appartenance à un clan lors de la mort du patriarche, figure de référence et pilier de Neige. Notre place reste-t-elle la même ? Comment concilier les volontés de chacun au sujet de l’ultime au revoir ? À ce moment-là, le film est choral et l’on perçoit la vulnérabilité de chaque personnage. Les scènes de groupe sont d’ailleurs les plus émouvantes, et probablement les plus authentiques du film ; filmer la complexité des sentiments et parvenir à restituer l’individualité malgré le chaos du groupe font partie des grandes forces de Maïwenn. En revanche, lorsque le film s’éloigne de ce groupe et se focalise sur la crise identitaire de Neige, il perd en tension dramatique et en saveur. L’aspect autobiographique du récit – les tensions persistantes avec les parents, le rapport à la sœur – intéresse bien moins le spectateur et atténue l’émotion suscitée par la première moitié du film. Moins puissant que Polisse ou Mon roi, ADN n’en demeure pas moins une jolie réussite, sensible, portée par de belles prestations d’acteurs.

Scénario : Maïwenn et Mathieu Demy Images : Sylvestre Dedise et Benjamin Groussain Montage : Laure Gardette 1 re assistante réal. : Sonia Tahallah Scripte : Marion Pin Musique : Stephen Warbeck Son : Nicolas Provost Décors : Angelo Zamparutti Maquillage : Mina Matsumura Casting : Julie Allione Production : Why Not Productions Coproduction : Les Films de Batna et Arte France Cinéma Producteur délégué : Pascal Caucheteux Productrices exécutives : Mélissa Malinbaum et Martine Cassinelli Dir. de production : Delphine Bellonet et Monica Taverna Distributeur : Le Pacte.

90 minutes. France, 2020 Sortie France : 28 octobre 2020