Rechercher du contenu

Un pays qui se tient sage de David Dufresne

Plus qu’un agrégat d’images, loin de tout manichéisme, un documentaire décortiquant avec force pénétration des images prises lors du mouvement des Gilets Jaunes et diverses notions biaisées autour de la légitime violence revendiquée par l’État. Édifiant.

Avec : Gwendal Leroy, Patrice Philippe, Alain Damasio, Fabien Jobard, Michel Forst, Bertrand Cavallier, Mathilde Larrère, Vanessa Codaccioni, Patrice Ribeiro, Ludivine Bantigny, Sebastian Roché, William Bourdon, Anthony Caillé, Monique Chemillier- Gendreau, Mélanie N’goyé-Gaham, Arié Alimi, Vanessa Langard, Benoît Barret, Manon Retourné, Taha Bouhafs, Sébastien Maillet, Rachida Sriti, Myriam Ayad, Romain Huët.

Commentaire

Voici une œuvre touchant à la politique, à la philosophie, à l’Histoire (par ce qu’elle raconte de notre époque) et à la sociologie si édifiante dans son discours, intelligente dans sa construction et spectaculaire dans sa mise en image – des images – qu’elle devrait être projetée dans tous les établissements scolaires. On en déplore d’autant plus que les plus hautes autorités de police contactées aient opposé un refus d’y participer. Oubliant par là-même, comme le dit pour conclure la professeure de Droit Public Monique Chemillier-Gendreau que “la démocratie c’est le dissensus”. En effet, loin de se contenter d’aligner les vidéos (parfois insoutenables) prises sur smartphones lors du mouvement des Gilets Jaunes et sa répression, le documentariste les entrecoupe de témoignages (parfois poignants) d’ex manifestants, de représentants syndicaux y compris policiers, d’historiens, de sociologues (formidable Fabien Jobard), d’écrivains, de journalistes (et même d’un rapporteur spécial des Nations Unies)… Leurs décryptages sont aussi lumineux que précieux par ces temps de confusion sémantique où (à dessein ?) nos élites mélangent légitime et légal, violence et brutalité, etc. “S’il ne reste que le mot violence, comment définira-t-on des événements comme ceux du Bataclan où des individus en ont massacré d’autres avec des kalachnikovs ?”, regrette ainsi judicieusement Fabien Jobard. C’est donc à resituer le vocabulaire qu’est dévolue la première partie. De façon vénielle, on pourra regretter que la différence entre État et gouvernement n’ait pas fait l’objet d’une explication aussi fine et pédagogique. Car, comme le demande une historienne : “Quel ordre protège les forces de l’ordre ?”. L’usage de la police et de la violence comme choix politique, l’opposition entre liberté et sûreté, ce que les vidéos des smartphones révèlent de la réalité du pouvoir, la perversion de la justice, la démocratie… sont parmi les thèmes traités selon une logique dialectique implacable au fil des images (véritables “madeleines de Proust”) et des commentaires qui les analysent. Comme l’avait écrit Debord (cité) : “L’enjeu de la représentation de la manifestation fait [désormais] partie de la manifestation”. L’autre force de ce film, c’est sa capacité à nous ouvrir à d’autres questionnements. “Tu te rends compte ce que c’est quand on travaille d’être toujours filmés ?”, s’insurge Benoît Barret du syndicat Alliance Police auprès du Taha Bouhafs, agressé pour avoir précisément usé de ce droit en tant que journaliste. Le traçage par caméra, téléphones et ordinateurs relèvera-t-il bientôt lui aussi de la seule légitimité de l’État, créant une nouvelle forme de viol(ence) de sa part ? La séquence finale montrant le Président Macron piégé par Poutine, qui explique en 2017 que chez lui il n’y a pas de répression des manifestations – mais en oubliant sciemment, comme le rappelle Fabien Jobard, de mentionner que les manifestants ont été bloqués en amont… -, conclut avec une ironie cruelle la complexité que requiert, en démocratie républicaine, de trouver le juste équilibre en toute chose pour gouverner.

Scénario : David Dufresne Images : Edmond Carrère Montage : Florent Mangeot Son : Clément Tijou Production déléguée : Le Bureau Coproduction : Jour2Fête Producteur délégué : Bertrand Faivre Producteur exécutif : Gabrielle Juhel Producteur associé : Vincent Gadelle Dir. de production : Gabrielle Juhel Distributeur : Jour2Fête.

86 minutes. France, 2020 Sortie France : 30 septembre 2020