Rechercher du contenu

Ondine de Christian Petzold

Un scaphandrier s’éprend de l’historienne Ondine, que son compagnon vient de quitter. Obéira-t-elle au mythe dont elle porte le nom, ou retombera-t-elle amoureuse ? Un délicat et complexe conte romantique, dans lequel Petzold exprime son amour pour Berlin.

Avec : Paula Beer (Ondine Wibeau), Franz Rogowski (Christoph), Maryam Zaree (Monika), Jacob Matschenz (Johannes), Anne Ratte- Polle (Anna), Rafael Stachowiak (Jochen), José Barros (Miguel), Julia Franz Richter (Nora), Gloria Endres de Oliveira (Antonia), Enno Trebs (le barman), Christoph Zrenner (l’huissier), Stefan Walz (le policier), Rita Steinjan (la femme au musée).

Dans un café à Berlin, Johannes rompt avec Ondine. Il la quitte pour une autre. Blessée, Ondine dit à son amant qu’elle doit le tuer pour sa trahison. Elle se rend au Sénat où elle travaille en tant qu’historienne. Elle retourne au café ; Johannes est parti. Ondine observe, dans l’aquarium du café, la figurine d’un scaphandrier. Christoph l’approche. L’aquarium explose sur eux…

SUITE…

Christoph est scaphandrier. Après une mission, il retrouve Ondine, avec qui il est en couple. Il l’emmène plonger dans le lac, où Ondine manque de se noyer. Amoureux, il lui offre la figurine du scaphandrier. Un jour, en se promenant avec Christoph dans Berlin, Ondine croise Johannes. Plus tard, celui-ci tente de la reconquérir, en vain. Christoph appelle Ondine pour comprendre qui est Johannes. Blessé par les hésitations d’Ondine, il raccroche. Le lendemain, toujours sans nouvelles de Christoph, Ondine se rend au lac. Elle y apprend que ce dernier est en état de mort cérébrale, après un accident. À l’hôpital, Monika, collègue de Christoph, dit à Ondine que le drame s’est produit avant leur appel. Ondine est confuse. Le soir, elle tue Johannes, avant de disparaître dans le lac. Christoph revient à la vie et recherche désespérément Ondine… Deux ans plus tard, Christoph est en couple avec Monika, qui attend leur premier enfant. Un jour, sous l’eau, il revoit Ondine. La nuit, il replonge dans le lac, sous le regard impuissant de Monika. Il revient à la surface. Dans ses mains, se trouve la figurine du scaphandrier.

Commentaire

En 2018, on avait laissé Christian Petzold sur l’intriguant mais austère Transit, qui marquait sa rencontre avec un charismatique duo d’acteurs : Paula Beer et Franz Rogowski. Deux ans plus tard, le cinéaste allemand poursuit sa collaboration avec ce duo, dans ce qu’on pourrait décrire au premier abord comme un drame romantique. En réalité, Petzold se nourrit d’une nouvelle – L’Adieu de la sirène Ondine, d’Ingeborg Bachmann, dans laquelle une sirène, trahie par son amant, doit le tuer et retourner dans les eaux -, et plus largement du mythe de la nymphe Ondine pour livrer une œuvre qui brille par son atmosphère fascinante et sa richesse thématique. Il tord le cou aux attentes à travers son personnage principal, dont le destin semblait écrit d’avance. En toute logique, Ondine devrait succomber à la malédiction de la nymphe dont elle porte son nom : une rencontre fortuite et un incident (surnaturel ?) plus tard, là voilà éprise d’un scaphandrier taiseux et goûtant un profond bonheur. Petzold filme cette histoire d’amour naissante avec délicatesse, laissant œuvrer l’incontestable alchimie entre Rogowski et Beer. Une relation singulière, où une leçon d’histoire édictée par Ondine se fait sensuelle aux oreilles de Christoph. C’est avec ce type de scène que Petzold entraîne le spectateur, comme ensorcelé, dans un aperçu de la nature changeante d’une ville, détruite et reconstruite : Berlin. Cette réflexion sur l’histoire urbaine berlinoise permet au réalisateur d’examiner des motifs du conte sous un angle plus contemporain (le lac féerique est… celui d’un barrage). Et, lorsque le mythe rattrape finalement son héroïne, Petzold s’autorise des incursions envoûtantes dans le fantastique, qu’il mêle avec brio au mélodrame. 

Scénario : Christian Petzold Images : Hans Fromm Montage : Bettina Böhler 1 re assistante réal. : Ires Jung Son : Andreas Mücke-Niesytka Décors : Merlin Ortner Costumes : Katharina Ost Effets visuels : Jean-Michel Boublil Maquillage : Scharka Cechova et Franziska Röder Casting : Simone Bär Production : Schramm Film Koerner & Weber Coproduction : Les Films du Losange, ZDF / ARTE et ARTE France Cinéma Producteurs : Koerner von Gustdorf et Michael Weber Producteur exécutif : Anton Kaiser Coproductrice : Margaret Menegoz Dir. de production : Dorissa Berninger Distributeur : Les Films du Losange.

90 minutes. Allemagne – France, 2020 Sortie France : 23 septembre 2020