Rechercher du contenu

Eva en août de Jonas Trueba

Une jeune Madrilène en quête de sens se livre à des flâneries estivales propices à l’introspection et aux questionnements existentiels, mais aussi aux rencontres fortuites et à l’émerveillement. Une chronique philosophique pleine d’intelligence et de poésie.

Avec : Itsaso Arana (Eva), Vito Sanz (Agos), Isabelle Stoffel (Olka), Joe Manjon (Joe), María Herrador (María), Luis Heras (Luís), Mikele Urroz (Sofía), Naiara Carmona (María), Simon Pritchard (Simon), Violeta Rebollo (Violeta), Sigfrid Monleón (Sigfrid), Francesco Carril (Francesco), Lucía Perlado (Lucía), Soleá Morente (ellemême), David López, Julen Berasategui, Alonso Díaz, Lorena Álvarez, Pablo Peña.

Au lieu de quitter Madrid pour le mois d’août, Eva, 33 ans, décide de rester dans un appartement prêté par une connaissance et de profiter des fêtes populaires de l’été. Après une soirée avec un ami rencontré par hasard, elle ne parvient pas à ouvrir la porte de l’immeuble et appelle Sofía, une autre amie, qui l’héberge pour la nuit mais lui reproche de s’être éloignée d’elle depuis la naissance de son fils. Le lendemain, Eva fait la connaissance d’une voisine russe, Olka, qui lui ouvre la porte. Alors qu’elles prennent un verre, elles sont abordées par deux Britanniques, Will et Joe, avec qui elles passent le reste de la soirée. Le 6 août, ils vont pique-niquer au bord d’une rivière en compagnie de Sofía et de son bébé. Le 9, au cinéma, Eva surprend la conversation de deux spectatrices, dont l’une pratique la bénédiction de l’utérus. Intriguée, Eva les aborde. Elles se retrouvent le jour suivant pour accomplir la cérémonie.

SUITE…

Le 12, après avoir observé une pluie d’étoiles filantes, Eva s’inquiète pour Agos, un homme solitaire accoudé à la rambarde d’un viaduc. Elle le revoit le lendemain et le suit dans un bar. Comme elle cherche un logement, il lui propose de visiter une chambre qui se libère dans sa coloc. Ils couchent ensemble. Eva lui confie qu’elle pense être enceinte, mais que c’est pourtant impossible. Le 15, elle le retrouve pour une promenade avec sa fille de 7 ans, Violeta, à qui il a annoncé qu’Eva allait vivre avec lui. Peut-être, dit Eva.

Commentaire

Flânerie à la fois sensorielle et spirituelle, le cinquième long métrage de Jonás Trueba s’attache à capter, à travers le regard curieux de son héroïne, l’ambiance particulière, tantôt festive, tantôt mélancolique, de Madrid au mois d’août. Alors que tous les Madrilènes ont fui la chaleur étouffante de la capitale, Eva se laisse porter par le hasard des rencontres, au gré des processions, des concerts et des bals populaires qui rythment les fêtes de San Cayetano, de San Lorenzo et de la vierge de la Paloma. Pour elle, l’été est une saison parfaite, le meilleur moment pour être soi-même, pour se libérer des attentes sociales. Eva en août prend le contre-pied du Rayon vert d’Éric Rohmer, auquel il fait ouvertement référence : contrairement à la dérive douloureuse du personnage de Marie Rivière, qui se plaint constamment de sa solitude tout en s’y complaisant, Eva se livre à une errance joyeuse, volontaire, ouverte. Personnage fort et déterminé, elle a choisi d’embrasser l’incertitude, de poser un regard neuf sur la ville et sur la vie. Les conversations qui se nouent avec les gens qu’elle croise sont autant d’occasions de s’interroger sur la maternité, les voyages, l’identité, ce que c’est que de “devenir une vraie personne”. Là où le film de Rohmer reposait sur l’improvisation, les dialogues d’Eva en août sont minutieusement écrits et d’une grande finesse, portés par la sensibilité d’Itsaso Arana, l’actrice principale et également coscénariste. Avec son atmosphère magique mêlant religieux et profane, cette “vierge d’août” (titre espagnol) offre une déambulation existentielle passionnante, empreinte de grâce et de poésie.

Scénario : Jonás Trueba et Itsaso Arana Images : Santiago Racaj Montage : Marta Velasco 1re assistante réal. : Lorena Tudela Musique : Soleá Morente Son : Amanda Villavieja et Eduardo Castro Costumes : Laura Renau Effets visuels : Juanma Nogales Dir. artistique : Miguel Ángel Rebollo Maquillage : Daryana Orbegozo Production : Los Ilusos Films SL et La Virgen de Agosto AIE Producteur délégué : Javier Lafuente Producteurs associés : Luis Fernández Turbica, Alfredo Rodríguez et Chus Rodríguez Dir. de production : Engel Serón Distributeur : Arizona Distribution.

129 minutes. Espagne, 2019 Sortie France : 5 août 2020