Rechercher du contenu

Madre de Rodrigo Sorogoyen

Dix ans après l’appel qui a bouleversé sa vie, Elena rencontre Jean, un adolescent qui lui rappelle son fils disparu. Inspiré du court métrage éponyme, Madre aborde les thèmes de la perte et du sentiment amoureux avec un récit touchant et non conventionnel.

Avec : Marta Nieto (Elena), Jules Porier (Jean)Alex Brendemühl (Joseba), Anne Consigny (Léa), Frédéric Pierrot (Grégory), Guillaume Arnault (Benoît), Raúl Prieto (Ramón), Blanca Apilánez (la mère), la voix d’Álvaro Balas (Iván), Pablo Cobo.

Elena reçoit un appel de son jeune fils Iván, en vacances dans les Landes, qui lui dit avoir perdu son père et se trouver tout seul sur une plage. Alors que l’enfant est abordé par un inconnu, l’appel est coupé. Dix ans plus tard, Elena vit et travaille à l’endroit même où Iván à disparu. Un jour, au bord de la mer, elle rencontre Jean, un adolescent qui lui rappelle son fils.

SUITE…

Elle le suit jusqu’à la maison où il passe ses vacances avec sa famille et, le lendemain, le rencontre à nouveau dans le bar où elle travaille. Ils commencent à parler, et Jean l’invite à son match de foot. Alors qu’elle se trouve en Espagne chez son copain Joseba, Elena décide de rentrer pour aller au match de Jean. Ils commencent ainsi à se voir souvent, se promènent sur la plage, et il va déjeuner chez elle. Après qu’ils ont passé une soirée ensemble, Jean rentre ivre chez lui et ses parents lui interdisent de la revoir. Joseba, jaloux de Jean, insiste pour qu’Elena démissionne et parte en Espagne avec lui. Un jour, Elena revoit son ex-mari Ramón, qu’elle n’a jamais pardonné depuis la disparition d’Iván, et lui demande de ne plus la contacter. Suite à un appel de Jean, Elena s’introduit dans la maison de celui-ci, mais ses parents l’en chassent. Lorsque sa famille s’apprête à rentrer à Paris, Jean s’enfuit et appelle Elena, en lui disant qu’il est perdu dans un bois. Elle part le chercher et, enfin, le retrouve. Avant de se quitter, ils s’embrassent. De retour chez elle, Elena appelle Ramón.

Commentaire

Cinquième long métrage de Rodrigo Sorogoyen, Madre s’inspire de son court métrage du même nom, lequel était presque intégralement constitué d’un plan séquence dans lequel une mère parlait au téléphone avec son fils de six ans, perdu sur une plage, jusqu’à ce que l’appel soit soudain interrompu. Le film s’ouvre sur ledit court métrage, pour ensuite nous raconter l’histoire de cette mère, Elena, dix ans après l’appel… Si le début laissait présager un thriller, le film s’envisage plutôt comme un récit intime et bouleversant, grâce au choix que fait le réalisateur de ne pas montrer la tragédie en soi, mais plutôt les cicatrices qu’elle a laissées sur la protagoniste, alors même qu’elle cherche à se reconstruire. Une reconstruction qui a lieu dans l’espace faussement rassurant de la mémoire : après dix ans, Elena vit à l’endroit où s’est déroulé le drame, et se promène sur cette plage des Landes battue par les vagues, dont le mouvement répétitif réapparaît tout au long du film, à la façon d’un souvenir incessant. C’est au bord de cette mer implacable qu’elle rencontre Jean, un garçon de l’âge qu’aurait eu son fils et qui lui rassemble terriblement ; et c’est cette rencontre qui, en perturbant l’équilibre apparemment retrouvé, permettra enfin à Elena de surmonter la perte. Au fur et à mesure que les jours passent, le lien qui se crée entre les deux personnages devient de plus en plus fort, cependant que leur entourage ne parvient pas à comprendre la nature de leur amour. Le mérite de Madre est précisément de ne pas vouloir le faire entrer dans une case, et de montrer la complexité et le mystère du sentiment naissant entre deux personnes qui, en se rencontrant, comprennent s’être en réalité retrouvées.

Scénario : Rodrigo Sorogoyen et Isabel Peña D’après : le court métrage de Rodrigo Sorogoyen (2017) Images : Álex de Pablo Montage : Alberto Del Campo 1 er assistant réal. : Nacho Lavilla Musique : Olivier Parson Son : Nicolas Mas, Fabiola Ordoyo et Nicolas de Poulpiquet Costumes : Ana López Cobos Dir. artistique : Lorena Puerto Maquillage : Sylvie Imbert Casting : Julie Navarro Production : Malvalanda, Caballo Films, Arcadia Motion Pictures, Amalur Pictures, Le Pacte et Noodles Production Producteurs : María Del Puy Alvarado, Ibon Cormenzana, Rodrigo Sorogoyen, Ignasi Estapé, Thomas Pibarot, Jean & Anne-Laure Labadie et Jérôme Vidal Producteurs délégués : Eduardo Villanueva et Jofre Farré Productrice exécutive : María Del Puy Alvarado Dir. de production : María José Díez Álvarez Distributeur : Le Pacte.

129 minutes. Espagne – France, 2019 Sortie France : 29 juillet 2020