Rechercher du contenu

Les Éblouis de Sarah Suco

Ce film d’inspiration autobiographique explore les dérives sectaires d’une communauté charismatique. Ponctué de scènes fortes, brillamment interprété, le film pâtit toutefois d’une réalisation un peu trop sage.

Ayant elle-même vécu au sein d’une communauté charismatique pendant dix ans, Sarah Suco a puisé dans ses propres souvenirs pour l’écriture de ce premier long métrage, dans lequel une adolescente, Camille, intègre avec sa famille une paroisse sectaire. Apparu aux États-Unis à la fin des années 1960, le souffle de ce renouveau spirituel a déferlé jusqu’en France en faisant naître des communautés où chants, prières et confessions rythment les journées des fidèles. Étrangetés tour à tour comiques et oppressantes, leurs rites, s’ils prêtent parfois à rire (pour appeler leur fondateur, Le Berger, ses “moutons” bêlent tous en chœur), rassurent des personnes en quête de sens. Le film montre bien comment la communauté religieuse s’immisce subrepticement dans la vie d’une famille “normale” – par exemple, avec la baby-sitter dévote – pour finalement leur retirer leur libre arbitre, en jouant de leurs fragilités psychologiques.

Le point de vue adopté est celui de l’adolescente (C. Brunnquell, véritable révélation du film) qui peine à concilier ses désirs d’adolescente avec les règles de la communauté. Camille est d’abord un regard qui refuse de juger, qui saisit le folklore plutôt que le danger, jusqu’à ce que les punitions tombent. Si le film soulève une question psychologique assez passionnante (comment des individus sains d’esprit et socialement intégrés en viennent à se laisser ainsi fanatiser), on peut lui reprocher de la traiter de façon très factuelle et prudente, avec une mise en scène trop classique, se tenant à distance de la part de folie qu’implique son sujet. Les Éblouis reste néanmoins un film puissant, servi par une interprétation très solide, notamment de la part des enfants du film.

Valentine Verhague

Les Éblouis de Sarah Suco.
Disponible en EST depuis le 26 mars 2020 et en VOD depuis le 31 mars 2020 chez Pyramide Vidéo.