Rechercher du contenu

[Chronique 1] Jean-Marie Villeneuve, cinéaste

Aux Fiches du cinéma, comme partout, le coronavirus nous a mis au chômage technique. Alors, pour continuer autrement, nous avons voulu chroniquer ce temps de latence, en donnant la parole à différents professionnels du cinéma, pour savoir où est le cinéma quand il n’est plus dans les salles, ce qu’il fait quand il ne peut plus se faire, bref comment chacun vit individuellement cette situation inédite.

Jean-Marie Villeneuve est cinéaste. Il est l’auteur de plusieurs courts métrages, et d’un premier long, entièrement autoproduit : Tout est faux (2014).

Sur quoi travaillais-tu quand est arrivé le confinement ?

J’écrivais un court et un long métrage essentiellement.

Je commençais également à envoyer mon dernier court métrage Où est Charlie ? dans plein de festivals, dans le monde entier. 

Je reçois déjà quelques mails de festivals m’annonçant leur report ou leur annulation. J’en plaisante en écrivant ceci :

Je suis, en ce moment, en train d’envoyer à plein de festivals mon dernier court métrage Où est Charlie ? mais j’ai bien peur qu’il n’y ait personne pour le réceptionner

Quelles implications professionnelles et économiques a ou va avoir l’épidémie pour toi ? 

Aucune implication économique. Je vis grâce à l’Éducation Nationale. Je suis au chômage technique en tant que documentaliste et professeur de cinéma dans un lycée de Bobigny. Avec des élèves d’option cinéma, nous devions aller au festival SériesMania à Lille et avec d’autres tourner leurs courts métrages de fin d’année…

Mes activités artistiques sont par contre très largement contrariées car ayant 2 enfants de 3 et 5 ans à garder à mon domicile, je n’ai quasiment pas un moment à moi et je suis incapable d’écrire sans longues plages horaires seul…

Des solutions se mettent-elles déjà en place pour s’adapter à ces bouleversements ?

J’accepte de tout mettre en stand by quant à mes activités artistiques personnelles. 

Par contre, j’en profite pour tourner des petits films avec mes enfants. 

Par exemple, avec ma fille, on fait courir un dinosaure dans notre jardin.

Et puis je revois des films que je n’aurais, à coup sûr, jamais revus en dehors de ces conditions : Le grand blond avec une chaussure noire (hier soir).

Est-ce que tu travailles pendant le confinement : à quoi et comment ?

Je travaille essentiellement à occuper mes gosses. 

Je réussis tout de même à envoyer Où est Charlie ? dans des festivals via les plateformes en ligne telles que Filmfreeway, Filmfest, etc.

Est-ce que la réclusion forcée te paraît propice à l’écriture, à la création, ou est-elle au contraire une entrave ?

Sans gosse à m’occuper, ça aurait été le paradis pour moi… Avec deux touts petits, c’est clairement un très gros coup d’arrêt et absolument pas propice à la création (si ce n’est ce que je peux faire avec eux).