Rechercher du contenu

La Sincérité de Charles Guérin Surville

Nanar insoupçonné voué à un culte futur ou aérolithe du mal descendu sur Terre pour annihiler tout bon goût ? Toujours est-il qu’au moment présent, La Sincérité, pâteux et aigre, évoque un pastiche de film de potes déphasé au dernier degré.

Les critiques des Fiches du Cinéma sont réservées aux abonnés.
Connectez-vous pour accéder à l'article ou optez pour l'une de nos formules d'abonnement, avec ou sans engagement (à partir de 1€ par semaine).