Rechercher du contenu

L’Adieu (The Farewell) de Lulu Wang

un film passable

L’Adieu brosse le portrait d’une famille prise entre culture traditionnelle chinoise et acculturation. Mais en affichant un scénario autobiographique, Lulu Wang tue la fiction pour la réduire à sa petite histoire ; le spectateur n’a pas de place sur la photo.

Avec :  Zhao Shuzhen (Nai Nai), Awkwafina (Billi), X Mayo (Suze), Hong Lu (Nai Nai, jeune), Hong Lin (le docteur Wu), Ma Tzi (Haiyan), Diana Lin (Lu Jian), Yang Xuejian (Mr. Li), Becca Khalil (Shirley), Jiang Yongbo (l’oncle Haibin), Han Chen (Hao Hao), Aoi Mizuhara (Aiko), Li Xiang (la tante Ling), Liu Hongli (la tante Gao), Zhang Shiming (Michael), Zhang Jing (Gu Gu), Liu Jinhang (Bao), Lin Xi (la coordinatrice de mariage), Shi Lichen (le chef cuisinier), Wang Lin (le réceptionniste du salon de massage), Xin Yue et Sun Xiaoxiao (les masseurs), Li Dong (Gu Fu), Qin Puxia (Gu Gu, jeune), Wang Ruiqi (Gu Fu, jeune), Liu Zhuying (le docteur Song), Geng Yuqiu (l’homme en pleurs aux funérailles), Wang Yuzhuo (Ye Ye), Xiao Shouchang (le général Ma), Zhao Yonghua (le général Fu), Jiang Zuohai (le général Zhu), Lu Xinyang, Chen Jing, Sun Weifeng.

Une vieille dame et sa petite-fille se téléphonent ; Nai Nai vit à Changchun, Billi à New York. L’aïeule lui cache qu’ellesubit des examens médicaux, accompagnée de sa sœur.Celle-ci apprend le diagnostic : Nai Nai est condamnée.La famille cache à Nai Nai son état et, pour lui dire adieu, organise les noces du cousin de Billi en Chine. Billi n’est pasconviée, ne sachant pas cacher ses émotions. Bien que sansargent – sa demande de bourse d’étude lui est refusée – elledébarque en Chine. Entre deux repas de famille animés dediscussions sur le rapport de chacun à la Chine, Nai Naiprend en main les préparatifs du mariage.

SUITE… Un jour elle disparaît ; on la trouve à l’hôpital où personne ne l’informe de son état. Le médecin parle anglais et Billi lui exprime ainsi librement sa désapprobation vis-à-vis du secret fait à la malade. Mais le médecin n’ira pas contre la décision familiale, habituelle en Chine.La famille se rend sur la tombe de Ye Ye, le mari défunt de Nai Nai, et en rentrant en voiture, Billi traverse la ville mais ne reconnaît rien. Le jour du mariage, Billi annonce qu’elle reste en Chine. Pendant la photo de famille, Nai Nai dit avoir envoyé une amie chercher des résultats d’examen à l’hôpital. Billi y court et falsifie les résultats. Nai Nai incite Billi à suivre son destin ; celle-ci retrouve NewYork, apaisée.Six ans plus tard. La grand-mère de Lulu Wang déclare :“Six ans après le diagnostic, Nai Nai est toujours parminous”.

Commentaire

“Inspiré de mensonges réels”, nous dit le film à la fin du générique en amorçant le fil qu’il noue autour de la vérité et du mensonge. Mensonge que fait la famille à Nai Nai qui espère, selon la tradition chinoise, que la maladie n’existe pas si elle n’est pas dite à l’intéressée, mensonge d’un mariage qui annonce un enterrement,mensonge par omission que fait Billi en cachant à sa famille que sa bourse d’étude lui a été refusée. Mais la vérité est toujours à fleur de visage, dans le chagrin dissimulé derrière le sourire,dans les masques qui luttent pour rester neutres avec la peur qu’on y lise comme dans un livre ouvert. Où se niche le réel dans ce film sur le mensonge ? Soudain, au détour de quelques séquences, le dernier et le premier plan d cadre existent ensemble : Lulu Wang dépasse les visages des personnages pour les faire dialoguer en contrepoint avecce qui les entoure, créant des scènes à la limite du burlesque.Mais ce n’est qu’un sursaut hâtif au milieu d’une succession de gros plans qui décapitent les têtes. Car, qu’il s’agisse du paysage de Changchun qui se déconstruit en buildings impersonnels ou du décor kitsch du photographe de mariage,l’arrière-plan du film disparaît derrière le premier degré autobiographique : le réel se réduit à l’histoire familiale de la réalisatrice,à son visage.Lulu Wang choisit le mentir-vrai de la fiction mais l’annule définitivement en introduisant en guise d’épilogue un plan de sa vraie Nai Nai avec cette inscription : “Six ans après le diagnostic, Nai Nai est toujours parmi nous”. Quand le cinéma s’affirme sans rougir comme une “petite affaire privée” comme dit Deleuze à propos dela littérature narcissique, le spectateur dégoûté ne peut que détourner les yeux et le visage.

Scénario : Lulu Wang Images : Anna Franquesa Solano Montage :Matt Friedman et Michael Taylor Musique : Alex Weston Son : Gene Park Décors : Yong Ok Lee Costumes : Athena Wang Effets visuels : Asaf Yeger et Vico Sharabani Dir. artistique : W. Haley Ho Casting : Leslie Woo et Anne Kang Production : Big Beach Films, Depth of Field, Kindred Spirit et Seesaw Productions Producteurs :Daniele Tate Melia, Marc Turtletaub, Peter Saraf, Andrew Miano, Chris Weitz, Jane Zheng, Lulu Wang et Anita Gou Producteur exécutif : Eddie Rubin Distributeur : SND.
101 minutes. États-Unis – Chine, 2019 Sortie France : 8 janvier 2020