Rechercher du contenu

Sorties du 4 décembre 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2181 des Fiches du Cinéma

​It Must Be Heaven

de Elia Suleiman


Ici, le morceau de sparadrap dont, à l’image du capitaine Haddock, Elia Suleiman ne parvient pas à se défaire, c’est son propre pays, la Palestine. Il en résulte une absurde comédie de l’absurde, d’une magnifique et tendre mélancolie. Indispensable.

 

Autres films à voir cette semaine

 

Brooklyn Affairs 

de Edward Norton


Un détective privé, cherchant à comprendre les causes de la mort de son patron, se retrouve emporté dans le New York véreux des années 1950. Ce deuxième film d’Edward Norton déborde (trop) d’ambition et convoque les fantômes des grands films noirs.


​Ceux qui nous restent 

de Abraham Cohen


En 2013, le cinéma Le Méliès, à Montreuil, est le “théâtre” d’un grave et long conflit social. Ce document partisan s’attache à relater les péripéties de la lutte entre les salariés et la municipalité, mais surtout son impact sur la vie des protagonistes.


​La Famille Addams

de Conrad Vernon et Craig Tiernan


Ces nouvelles aventures de la famille Addams pâtissent d’un scénario sans surprise et d’une réalisation impersonnelle. Les plus jeunes apprécieront peut-être, mais les amateurs de l’ambiance gothique des films précédents pourront passer leur chemin sans regret.


Jumanji : Next Level 

de Jake Kasdan


Si cet ersatz de Jumanji n’a plus grand chose à voir avec le film de 1995, il a le mérite d’essayer des choses malheureusement jamais assez audacieuses pour convaincre vraiment. Une comédie d’aventures qui distraira peut-être les pré-ados.


Made In Bangladesh 

de Rubayat Hossain


Jeune ouvrière de 23 ans, Shimu travaille dans une usine textile à Dacca au Bangladesh. Face aux conditions de travail qui se dégradent, elle décide, avec ses collègues, de fonder un syndicat afin de se protéger. Ensemble, elles vont lutter contre la direction.


Le Meilleur reste à venir 

de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière


Quintessence de la comédie dramatique, ce récit mêle, avec un savoir-faire qui n’exclut pas la sincérité, humour des dialogues, comique de situation et vive émotion. Au crible du malentendu, le drame se fait ici dernier tour de piste, enlevé par des acteurs au mieux.


​Premiers pas dans la forêt

Film collectif


Si les huit films de Veronika Fedorova s’adressent avec une parfaite justesse et une grande douceur au plus jeune des publics, le premier court de ce programme, certes très réussi, mais moins adapté aux tout-petits, risque, lui, de créer un certain malaise.


​Les Reines de la nuit 

de Christiane Spiéro


Les Reines de la nuit se penche sur treize transformistes, aux personnalités aussi attachantes qu’intrigantes. Le film rend un hommage plutôt émouvant à ces artistes singuliers, mais ne sort malheureusement pas d’un format télévisuel bien trop sage.


Seules les bêtes 

de Dominik Moll


La structure est intelligente et les acteurs donnent corps avec brio à la réflexion sur la solitude catalyseur de danger. Mais certains ressorts scénaristiques ne convainquent pas, faisant de Seules les bêtes un thriller honnête au potentiel sous-exploité.


Souviens-toi de ton futur 

de Énora Boutin


Portrait croisé de quatre protagonistes de l’agroécologie en Dordogne, le documentaire d’Énora Boutin dresse un état des lieux d’un monde en résistance parce qu’en proie aux lobbies et aux technocrates. Résolument engagé, le résultat étonne puis ravit par son optimisme.


Un été à Changsha 

de Zu Feng


Venu en plein été enquêter sur un meurtre à Changsha, au centre de la Chine, l’inspecteur Bin, veuf depuis trois ans, rencontre Xue, la sœur de la victime. L’enquête va les confronter l’un comme l’autre aux causes réelles de leur deuil. Un polar psychologique troublant.


Le Voyage du prince 

de Jean-François Laguionie et Xavier Picard


À la recherche d’autres contrées que la sienne, un prince débarque dans la Cité de Tom, une société austère que va lui faire découvrir celui-ci. Un conte aux pourtours métaphoriques qui, grâce à la multiplicité de ses niveaux de lecture, s’adresse à tous les publics.