Rechercher du contenu

Sorties des 18 & 25 décembre 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2183 des Fiches du Cinéma

Star Wars : L’Ascension de Skywalker

de J.J. Abrams


Désormais sans Luke, Rey poursuit sa formation. J.J. Abrams revient aux commandes de ce neuvième volet de la saga Skywalker, pour livrer une conclusion sincèrement émouvante, mais un peu hâtive et qui revient maladroitement sur les idées des Derniers Jedi.

 

Autres films à voir cette quinzaine

 

Après la nuit 

de Marius Olteanu


En dépit des multiples thèmes abordés (crise conjugale, prostitution…) et d’un premier segment séduisant, l’effacement progressif du mystère qui planait sur le début du film, et le rythme, qui va decrescendo, finissent par faire place à l’ennui.


​Au cœur du monde 

de Gabriel Martins et Maurilio Martins


Après Temporada, une nouvelle chronique de la survie dans la banlieue de Belo Horizonte. Cette fois, l’espoir de vivre heureux s’effrite, tant la société perd ses valeurs humanistes. La chronique sociale vire au film noir. Au Brésil, c’est le désenchantement.


​Emma Peeters

de Nicole Palo


Mona Chokri est la tête d’affiche de cette chronique douce-amère qui recycle le traditionnel personnage de l’actrice qui galère, et qui ici décide d’organiser sa propre mort. Une bonne idée de départ, mais mal exploitée sur la durée.


The Lighthouse 

de Robert Eggers


Une île isolée. Un phare, dans lequel s’affairent deux hommes, livrés à eux-mêmes. Sont-ils sur le point de perdre la raison ? Cette expérience sensorielle confirme le talent de Robert Eggers, mais confine au simple exercice de style virtuose.


Notre dame 

de Valérie Donzelli


Valérie Donzelli met en scène une architecte qui remporte le concours du réaménagement du parvis de Notre-Dame de Paris. Elle renoue avec la fantaisie de ses débuts sans toutefois être touchée par la grâce. Les amateurs d’humour potache y trouveront leur bonheur.


Paroles de bandits 

de Jean Boirons-Lajous


À travers les témoignages de migrants et d’habitants de la vallée de la Roya leur venant en aide, Jean-Boiron-Lajoux nous invite à quitter nos présupposés afin de mieux pénétrer la complexité du phénomène opposant la liberté d’être au droit. Édifiant, humain, intelligent.


​Talking About Trees

de Sihaib Gasmelbari


Quatre cinéastes soudanais rêvant de faire revivre le cinéma dans leur pays organisent des projections malgré la censure du pouvoir. Un documentaire qui offre une réflexion touchante sur l’art et l’imagination comme sources d’espoir face à la dictature.


​Benjamin 

de Simon Amstell


Sur le point de sortir son deuxième film, Benjamin, jeune réalisateur intérieurement torturé, tombe amoureux de Noah, chanteur français venu percer à Londres. Ils entament une relation que Benjamin assume mal. Une balade sentimentale en milieu artistique fine et délicate.


Charlie’s Angels 

de Elizabeth Banks


Les “drôles de dames” sont de retour sur grand écran, avec des activités plus internationales que jamais. Si le trio vedette fait le job, la mise en scène et le scénario d’Elizabeth Banks manquent cruellement de subtilité et de fraîcheur.


L’Equilibrio 

de Vincenzo Marra


Ancien missionnaire, Don Giuseppe arrive dans la banlieue de Naples et doit faire face aux injustices de l’atroce réalité locale. Malgré ses défauts, L’Equilibrio trouve sa force dans la dureté des faits réels dont il s’inspire, et offre des moments touchants.


Les Incognitos

de Nick Bruno et Troy Quane


Les studios d’animation Blue Sky réunissent les voix du “Man in Black” Will Smith et du Spider-Man Tom Holland (et leurs doublures en français) dans une comédie d’action familiale très divertissante emmenée par une musique pop et pléthore de gags et gadgets.


Jésus 

de Hiroshi Okuyama


Le réalisateur Hiroshi Okuyama tente de raconter la cruauté du monde à travers les yeux d’un enfant. Mais sa mise en scène, à partir d’un scénario confus, ne lance que des signes de maturité artistique sans en avoir la force réelle. Dieu est muet, Hiroshi Okuyama aussi.


Le Lac aux oies sauvages 

de Diao Yinan


Dans la nuit profonde, les destins scellés d’un chef de gang et d’une prostituée unis, envers et contre tout. Dans ce nouveau film impressionnant de beauté et de noirceur, Diao Yinan continue de brosser une Chine toujours plus démentielle et désespérée.


La Sainte famille 

de Louis-Do de Lencquesaing


Figure incontournable du cinéma français, Louis-Do de Lencquesaing poursuit avec ce deuxième long métrage une filmographie de l’intime en s’entourant d’une belle troupe d’acteurs, mais cette Sainte Famille peine à passionner sur la longueur.


La Vérité 

de Hirokazu Kore-eda


Alors qu’elle vient de publier ses mémoires et tourne un film avec une jeune rivale, une actrice reçoit la visite de sa fille. Dans cette fugue française, Kore-eda effleure ses thèmes avec une légèreté qui peut se prendre aussi bien comme du tact ou de la superficialité.