Rechercher du contenu

Temporada

Recrutée par un service d’assainissement, Juliana s’installe dans une ville qui n’est pas la sienne où, tout en se formant à ce travail, elle attend que son mari la rejoigne. Feel good movie d’une grande élégance et d’une mélancolie folle, Temporada mérite d’être découvert.

Peut-être le moment est-il venu de rendre grâce – et justice – à la société ASC Distribution pour le chouette travail de prospection accompli quand il est question de débusquer, pour les territoires de l’Amérique latine à tout le moins, de formidables petits films, aussi modestes qu’ils sont enthousiasmants. Ainsi en va-t-il de Temporada – terme portugais qui semble-t-il signifie “saison” – deuxième film après Ela volta na Quinta (2015) d’un jeune cinéaste brésilien, André Novais Oliveira. C’est bien d’une saison qu’il s’agit après tout dans ce feel good movie dont il est impossible de ne pas sortir fortifié en dépit de sa tristesse de plomb. D’une saison (de l’âme) dans tout ce que ce mot peut induire d’effets climatiques, des dépressions les plus drues à l’ensoleillement. C’est si vrai que l’idée finit par s’imposer que l’attachante équipe – Juliana ; Russão ; Jaque ; Hélio… – chargée d’éliminer les moustiques, vecteurs de dengue, à Contagem, montre davantage de disposition encore à endiguer le cafard, à juguler les effets du malheur, du déterminisme social, de la pauvreté, des mauvais coups du sort, des désastres intérieurs…

Emmené par des acteurs (professionnels) aussi épatants les uns que les autres, à commencer par la si bien prénommé Grâce Passo (Juliana) – qu’on reverra très bientôt dans Au cœur du monde de Gabriel Martins et Maurilio Martins (sortie le 18 décembre) – sans oublier Russo Apr (Russão) dont personne, à défaut d’être normalement constitué, n’est prêt d’oublier le swing merveilleux, Temporada fait preuve, de la photo aux dialogues, d’une élégance folle et d’une sensibilité insoupçonnable de mièvrerie, lesquelles obligent à suivre le travail de André Novais Oliveira. De très, très près.

Marine Quinchon

Critique disponible – avec celles de toutes les sorties du 20 novembre – dans le n°2179 des Fiches du cinéma.
S’abonner aux Fiches du Cinéma