Rechercher du contenu

Sorties du 20 novembre 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2179 des Fiches du Cinéma

Temporada

de André Novais Oliveira


Recrutée par un service d’assainissement, Juliana s’installe dans une ville qui n’est pas la sienne où, tout en se formant à ce travail, elle attend que son mari la rejoigne. Feel good movie d’une grande élégance et d’une mélancolie folle, Temporada mérite d’être découvert.

 

Autres films à voir cette semaine

 

Anthropocène 

de Jennifer Baichwal, Nicolas de Pencier et Edward Burtynsky


Un tour du monde à la découverte de l’empreinte profonde laissée par l’humanité dans l’écosystème. Entre science et œuvre d’art, Anthropocène s’envisage comme une troublante réflexion sur l’impact dévastateur de notre espèce sur la planète.


​Les Éblouis 

de Sarah Suco


D’inspiration autobiographique, Les Éblouis explore les dérives sectaires d’une communauté charismatique mais, de même qu’il délaisse nombre de ses personnages, il se détourne de ses réflexions les plus prometteuses en s’égarant dans des péripéties impromptues.


​Les Enfants d’Isadora

de Damien Manivel


Quatre femmes, d’âge et de conditions différentes, font l’expérience d’une chorégraphie du deuil. Le nouveau film de Damien Manivel frustre par excès de sensibilité, et ramène une gravité dévitalisée à un film qui aurait gagné à être plus libre et moins institutionnel.


In Fabric 

de Peter Strickland


En tentant de mélanger le Dario Argento de Suspiria avec une tradition anglaise du “kitchen sink drama”, Peter Strickland livre une nouvelle preuve de l’étrangeté et du potentiel de ce nouveau cinéma britannique, représenté par lui et Ben Wheatley.


Joyeuse retraite ! 

de Fabrice Bracq


Tressé de gags attendus mais souvent efficaces, Joyeuse retraite ! souffre d’une écriture lâche et incohérente et de personnages disparates, souvent déplaisants. Cela pourrait être recevable si le film en tirait parti, au lieu de conclure de façon assez moralisatrice.


Knives and Skin 

de Jennifer Reader


Aux États-Unis, dans une petite ville de banlieue, la jeune Carolyn disparaît. Chacun affronte le drame à sa façon, et des secrets se révèlent… Difficile de s’intéresser à ce dispositif savamment conçu mais dont aucune émotion, aucun vertige ne vient jaillir.


Les Misérables 

de Ladj Ly


C’est le premier jour pour Stéphane, muté à la BAC de Montfermeil. Lors d’une arrestation chaotique, il assiste à une “bavure” de la part d’un collègue. Ladj Ly signe un film honnête et efficace mais un peu superficiel dans son traitement des personnages.


​Nouvelle cordée

de Marie-Monique Robin


De 2015 à 2019, l’auteure des Moissons du futur suit la création et l’évolution d’un “territoire zéro chômeur de longue durée”. Roboratif, le film n’élude aucune question et fait au passage de beaux portraits d’hommes et de femmes luttant pour leur dignité.


​Pat et Mat en hiver 

de Marek Benes


Jamais à court d’ingéniosité catastrophique, Pat et Mat revisitent l’art de bricoler – et de cuisiner – pour traverser l’hiver dans les meilleures conditions. Fussent-elles les plus incongrues. Cinq courts métrages alliant avec bonheur humour, tendresse et burlesque.


Pirouette et le sapin de Noël 

Film collectif


En privilégiant un langage très simplifié et en manquant parfois d’exigence formelle, ce programme de quatre courts métrages d’animation qui tournent autour du thème de Noël et de l’importance de l’amitié amusera les plus petits aux dépens des adultes.


La Reine des neiges 2 

de Jennifer Lee et Chris Buck


La Reine des neiges revient mettre des paillettes dans la vie des petites filles. L’animation est superbe et les spectateurs qui attendent des chansons en auront pour leur argent. Dommage que le scénario, très basique, ne soit pas à la hauteur.


Terminal sud 

de Rabah Ameur-Zaïmeche


De nos jours, et dans un pays jamais nommé, la descente aux enfers d’un médecin pris en étau entre factions terroristes et régime dictatorial. Un Ameur-Zaïmèche (Dernier maquis) inégal, qui échoue à tenir tout à fait les promesses de son beau premier tiers.


Vivre et chanter 

de Johnny Ma


En Chine, la salle d’un petit opéra traditionnel va être détruite. La patronne se démène comme elle peut pour sauver sa troupe. Une fable universelle, mélancolique et poétique, sur la destruction des vieux quartiers et de la culture qu’ils font vivre.