Rechercher du contenu

Sorties du 13 novembre 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2178 des Fiches du Cinéma

Le Mans 66

de James Mangold


Film de courses de voitures le plus impressionnant depuis Rush de Ron Howard, Le Mans 66 s’impose comme un biopic solide et à l’“ancienne”, axé bien davantage sur l’histoire d’amitié entre Ken Miles et Carroll Shelby que sur la rivalité entre Ford et Ferrari.

 

Autres films à voir cette semaine

 

L’Âme du vin 

de Marie-Ange Gorbanevsky


De la culture du vin selon le rythme des saisons à sa dégustation, un documentaire à déguster sans modération tant il élève l’art du vin en art de vivre, au fil de superbes images de la Bourgogne et des interventions des gens du métier, qu’on en boive ou non..


​Le Bel été 

de Pierre Creton


Pour l’été, Simon et Robert accueillent dans leur maison normande trois jeunes réfugiés venus d’Afrique ainsi que Sophie, une amie écrivaine, Flora, une adolescente, et Nessim, lui aussi migrant. Une chronique poétique étonnante mais souvent trop cryptique.


​Countdown

de Justin Dec


Que feriez-vous si vous appreniez qu’il ne vous reste que deux jours à vivre ? C’est le postulat de Countown, sympathique petit thriller d’épouvante américain qui imagine que nos smartphones sont nos pires ennemis et ravira les fans de Destination finale et consorts.


J’accuse 

de Roman Polanski


Nommé à la tête du renseignement militaire, le colonel Picquart découvre des pièces à conviction qui le poussent à douter de la culpabilité d’Alfred Dreyfus. Mettant en scène avec maestria les conséquences de “l’affaire”, Polanski livre une œuvre instructive mais un peu sage.


J’aimerais qu’il reste quelque chose 

de Ludovic Cantais


Chaque mardi, les bénévoles du Mémorial de la Shoah recueillent les témoignages des familles des victimes. Laurent Cantais a filmé leur travail avec intelligence et pudeur, dans un documentaire poignant et passionnant qui est aussi, et surtout, un film sur la vie.


Koko-di Koko-da 

de Johannes Nyholm


Confronté au deuil, un couple se retrouve piégé dans un cauchemar mortel qui ne cesse de se répéter. En dépit d’une production modeste, ce film de l’étrange, entre le conte morbide et le drame intime, séduit par ses ambitions et son apparat hybrides.


​Little Joe

de Jessica Hausner


À des fins commerciales, une phytogénéticienne conçoit une fleur à vocation thérapeutique : elle doit permettre de rendre les gens heureux… Une fable de science-fiction qui passe totalement à côté de son sujet, malgré son ambition et son casting.


​Noura rêve 

de Hinde Boujema


Noura vit une idylle avec l’aimable Lassad. Mais Jamel, son mari violent, sort de prison à la faveur d’une grâce présidentielle… D’un argument de départ qui flirte avec le cliché, H. Boujemaa tire un récit fort, qui met en lumière la difficile place de la femme en Tunisie.


Océan 

de Océan


L’odyssée de la transition du comédien Océan vers ce qu’il a toujours profondément été, un homme. Drôle et sincère, le documentaire suit un rythme impeccable et forme un véritable plaidoyer pour, au-delà du droit à la différence, le droit d’être soi-même.


Pères et impairs 

Film collectif


Cette sélection solide de courts métrages destinée aux ados et à leurs parents met en scène des relations familiales conflictuelles pour interroger les notions de paternité et de filiation dans un monde souvent hostile. Des scénarios malins et une réalisation de qualité.


Prendre soin 

de Bertrand Hagenmüller


Documentaire d’immersion dans les unités Alzheimer de trois maisons de retraite, Prendre soin contrecarre nos attentes, évite tout misérabilisme et s’intéresse, surtout, à la mise en pratique de la bientraitance en tant que conduite philosophique..


Rendre la justice 

de Robert Salis


À travers de nombreux témoignages, Robert Salis décortique le système judiciaire français et axe son propos sur la dimension humaine des métiers de la justice. Un parti pris passionnant bien que la forme choisie, très classique, alourdisse l’ensemble.


Zibilla ou la vie zébrée 

de Isabelle Favez


Issus de productions française, suisse, et belge, trois courts métrages sont assemblés selon une thématique analogue (la différence, la peur de l’autre, la solidarité) dans ce programme parfois inégal et convenu, mais assurément sympathique pour les tout-petits et leurs parents.