Rechercher du contenu

Sorties du 2 octobre 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2171 des Fiches du Cinéma

Alice et le maire

de Nicolas Pariser


Nicolas Pariser poursuit son entreprise de vivisection du et de la politique française, avec une acuité discursive éblouissante et une foi inébranlable dans une pensée dialogale et démocratique depuis bien longtemps inopérante dans le landerneau des décideurs.

 

Autres films à voir cette semaine

 

Atlantique 

de Mati Diop


Mati Diop mêle, à travers le récit d’un jeune homme qui refuse sa fin absurde, histoire d’amour, récit de fantômes et parabole sociale. Elle livre ainsi un premier long métrage surprenant, qui confirme les immenses promesses placées en elle.


​Bonjour le monde ! 

de Anne-Lise Koehler et Eric Serre


Entre documentaire et film d’animation, Bonjour le monde ! nous montre en stop-motion l’univers de la faune et de la flore décrit du point de vue des animaux. Un projet intéressant dont le langage très simplifié convaincra les plus petits aux dépens des adultes.


​Chambord

de Laurent Charbonnier


À l’occasion des 500 ans de la mise en chantier de Chambord, Laurent Charbonnier s’efforce de redonner vie au monument en rythmant un récit scolaire de son histoire avec des images immuables de sa forêt giboyeuse. Un film qui vaut surtout pour ses images de la nature.


En liberté ! 

de Ramïn Farhangi


En 2017, 30 personnes venues de tous horizons et ne se connaissant pas s’installent à Pourgues, en Ariège, et y créent un écovillage où la liberté de chacun, le respect envers tous et surtout les enfants est de rigueur. Un documentaire pro domo sans recul ni questionnement.


Gemini Man 

de Ang Lee


Henry, sniper au service d’une agence gouvernementale, voit sa hiérarchie se retourner contre lui et chercher à le tuer. Il affronte alors un autre sniper qui lui ressemble étrangement… Ang Lee signe un film d’action un peu simpliste mais diablement efficace.


J’irai où tu iras 

de Géraldine Nakache


Un road-movie sur fond de cicatrices familiales + deux actrices iconiques + un Patrick Timsit très (très) gentil + des gags (drôles) et du sérieux (compassé) + des tartelettes au citron – une ambition cinématographique = le sympathique et indolore J’irai où tu iras.


​Les Mondes imaginaires de Jean-François Laguionie

de Jean-François Laguionie


Avec ces sept courts métrages, revit un monde de l’animation débordant d’imagination où la poésie cache une réflexion drôle, inventive, voire subversive, sur la condition humaine, bien éloignée de l’asepsie actuelle des images.


​Psychomagie 

de Alejandro Jodorowsky


Ce documentaire qui mêle des images de films de Jodorowsky et des performances cathartiques permettant de soigner les troubles psychologiques éclaire l’œuvre du réalisateur autant qu’il surprend par ses méthodes. C’est souvent bizarre, parfois drôle, touchant aussi.


Le Regard de Charles 

de Marc di Domenico


Où l’on découvre que durant toute une partie de sa vie, Aznavour a filmé. Dépositaire de ces images, Marc di Domenico réussit à composer un montage élégant et une forme originale de biopic, mais pas à nous convaincre qu’Aznavour ait été un filmeur passionnant.


Viaje 

de Cecilia Rico Clavellino


La relation d’une mère et d’une fille fragilisée par les étapes de la vie, magnifiée par le regard doux et sincère de la réalisatrice. Un premier long métrage très prometteur.


Vous êtes jeunes, vous êtes beaux 

de Franchin Don


Rongé par la solitude et la maladie, un vieil homme se met à participer à des combats de boxe clandestins. Riche de son joli casting et de son propos fort, ce premier film à la réalisation soignée pêche par un défaitisme si accablant qu’il en perd sa subtilité.


Willy et le lac gelé 

de Zsolt Palfi


Willy et son amie Lily, du peuple Verdie, protecteur du Lac, apprennent incidemment que leur territoire va être attaqué par les rats alliés à leurs ennemis Bougons, dont ils ont sauvé du froid une enfant. Un film d’animation intelligent, actuel, humain et écolo pour tous.