Rechercher du contenu

Sorties du 3 juillet 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2159 des Fiches du Cinéma

​So Long, My Son

de Wang Xiaoshuai


Chine, années 1980. Une famille d’ouvriers voit son destin brisé par un terrible drame. À ce récit intimiste se mêlent trente ans de l’Histoire du pays. Un long métrage en tout point réussi, subtilement interprété, émouvant, édifiant, supérieurement écrit et filmé.

 

Autres films à voir cette semaine

 

Affreux et méchants 

de Cosimo Gomez


Papero, un ancien enfant de cirque infirme qui mendie dans les rues de Rome, organise un braquage avec un groupe de marginaux. Mais le partage des gains ne se passe pas comme prévu. Un premier film punk à souhait, acide au possible et complètement foutraque.


​Dario Argento : Soupir dans un corridor lointain 

de Jean-Baptiste Thoret


Le documentaire de Jean-Baptiste Thoret sur Dario Argento déçoit, d’autant plus qu’il est signé par l’un des meilleurs connaisseurs du cinéaste italien. Fait de bric et de broc, il manque d’une construction pertinente. Pour les inconditionnels.


​La Grand-messe

de Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier


Un témoignage tendre et empathique autour de fidèles du Tour de France lors de l’étape du Col d’Izoard en 2017. Leur truculence associée à l’originalité du parti pris des réalisateurs donne lieu à une œuvre sociologique vivante et drôle, qui dépasse le cadre du cyclisme.


Haut les filles 

de François Armanet


Documentaire gentil tout plein sur les femmes dans le (pop) rock français à travers les âges, Haut les filles ne s’incarne jamais devant nos yeux, restant à la surface des choses, comme corseté par une envie de bien faire qui finit par accoucher d’une ode compassée, assez roublarde finalement, à la femme artiste.


Manou à l’école des goélands 

de Christian Haas et Andrea Block


Premier long métrage co-réalisé par Andrea Block et Christian Haas, Manou à l’école des goélands peine à convaincre, pour rester dans les codes du film d’animation pour enfants. Néanmoins, il saura probablement plaire au public visé.


Pauvre Georges ! 

de Claire Devers


Prof de français émigré au Québec avec sa femme, Georges surprend chez lui un ado voyeur et déscolarisé. Contre l’avis de tous, il décide de le sauver, au risque de tout perdre. Un drame tragicomique enlevé, porté notamment par l’excellent Grégory Gadebois.


​Pour les soldats tombés

de Peter Jackson


Grâce à un remarquable travail de reconstitution, Peter Jackson donne un nouveau visage, plus humain, à la Première Guerre mondiale. Les images sont saisissantes, les commentaires poignants et le documentaire une réussite à tous les niveaux.


​Quand on crie au loup 

de Marilou Berry


Orphelin, Victor Bogomil vit avec son grand-père gardien d’immeuble. Il s’invente des histoires dont il est le héros et qui exaspèrent les résidents. L’irruption de braqueurs en cavale va lui rendre sa crédibilité. Une sympathique comédie familiale pour les petits.


Rojo 

de Benjamin Naishtatf


Après une dispute qui tourne au drame, un avocat fait en sorte d’étouffer l’affaire. Mais son silence l’entraîne dans une spirale sans fin. Un polar perturbant, qui s’envisage comme un portrait symbolique de la société argentine dans les années 1970.


Spider-Man : Far From Home 

de Jon Watts


Peter Parker part en voyage scolaire en Europe, avec tous ses camarades, et la ferme intention de ne pas jouer les super-héros… Cette suite du reboot Homecoming gonfle un peu trop ses enjeux, mais reste divertissante grâce à son esprit « teen movie ».


Yesterday 

de Danny Boyle


Suite à un accident, un musicien autodidacte qui court après le succès se réveille dans un monde où les Beatles n’ont jamais existé… Que faire de toutes leurs chansons, dont il est le seul à se souvenir ? Une fable aimable mais limitée par un scénario trop attendu.