Rechercher du contenu

The Gangster, The Cop, The Devil : la traditionnelle séance de minuit sud-coréenne

Polar mineur en comparaison aux séances de minuit sud-coréennes de ces deux dernières années (Sans pitié et The Spy Gone North), The Gangster, the Cop, the Devil peut compter sur la prestation électrique de Ma Dong-seok (vu dans Le Bon, la Brute, le Cinglé et plus récemment dans Dernier train pour Busan) en parrain mafieux débonnaire et charismatique pour s’affirmer. Car autrement, on évolue souvent en terrain connu : un flic incorruptible et entêté, un serial killer inquiétant, une enquête glauque qui patine faute de pistes…

L’ensemble est efficace et rythmé, mais finit par faiblir dans son dernier tiers – malgré quelques fulgurances réjouissantes – pour devenir assez monotone. Il y a certes, çà et là, le récit d’une contamination par le mal d’un personnage inflexible, mais la morale qui sous-tend la conclusion se révèle inutilement douteuse.