Rechercher du contenu

Fugue, ou le récit d’une émancipation

Une femme qui a changé d’identité suite à une perte de mémoire doit faire face à sa vie d’avant. En mélangeant les genres, Fugue s’envisage tout à la fois comme un récit d’émancipation féminine et une réflexion profonde sur le concept d’identité.

Sélectionné à la Semaine de la Critique en 2018, Fugue est le deuxième long métrage de la réalisatrice polonaise Agnieszka Smoczyńska, laquelle, avec son premier film, The Lure, avait remporté le Prix Spécial du Jury au Festival de Sundance en 2015. Le scénario, écrit par l’interprète principale Gabriela Muskała, s’inspire de la véritable histoire d’une femme qui, comme la protagoniste Alicja, souffrait d’une fugue dissociative, un trouble psychiatrique qui suppose une amnésie causée par une situation de pression psychologique intolérable. La perte de mémoire devient pour Alicja un moyen de rompre avec le passé et de se reconstruire en tant que femme, libérée des rôles qui lui étaient imposés par la société. Ce personnage qui brise les règles et ne se soucie pas de l’opinion des autres n’est pas du tout aimable : Alicja revient comme un fantôme dans la vie de Kinga, la femme qu’elle était avant et qui, de toute évidence, n’a plus rien à voir avec elle. Les tonalités bleues et grises de sa vieille maison nous communiquent la sensation d’étrangeté qui sous-tend son parcours. La fugue d’Alicja hors de ce monde glacial est également représentée par des animations de fleurs qui se déploient dans les images du scanner de son cerveau. Son fils Daniel semble être le seul à pouvoir comprendre Alicja : lui aussi, commence à s’interroger sur son identité jusqu’au point de renier son prénom. En entremêlant différents genres, du drame psychologique au thriller, et en évoquant un concept – celui du changement de personnalité – déjà présent dans La Double vie de Véronique de Kieślowski, Fugue s’envisage avant tout comme un récit d’émancipation féminine et une réflexion sur la notion d’individualité.

Margherita Gera

Critique disponible – avec celles de toutes les sorties du 8 mai – dans le n°2151 des Fiches du cinéma.
S’abonner aux Fiches du Cinéma