Rechercher du contenu

Sorties du 20 mars 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2144 des Fiches du Cinéma

Dernier amour

de Benoît Jacquot


Au dix-huitième siècle, Casanova exilé à Londres rencontre une jeune courtisane, la Charpillon, qui lui lance un défi : s’il la veut, il faut qu’il l’aime autant qu’il la désire. Sur ce canevas tendu, Benoît Jacquot livre une réflexion magistrale et complexe sur la puissance du désir.

 

 

Autres films à voir cette semaine

 

Cómprame un revólver 

de Julio Hernández Cordón


En transposant le monde de Mark Twain dans le désert mexicain, le réalisateur nous montre la transformation d’une fillette en Huckleberry Finn. Le lien familial est constamment menacé par la violence et les enfants sont contraints de se débrouiller seuls.


​Le Corps sauvage 

de Cheyenne-Marie Carron


Avec Le Corps sauvage, Cheyenne-Marie Carron poursuit son parcours de cinéaste sans concessions. Cette fois-ci, son film traite de la question sensible de la chasse. Certains dialogues et situations sont appuyés, mais il faut reconnaître au film un certain souffle.


​Entre les roseaux

de Mikko Makela


Cette romance entre un jeune Finlandais et un réfugié syrien, passé son synopsis de roman érotique, se mire dans sa pudeur ripolinée et sa bienveillance renflée, et délaisse le spectateur qui, derrière l’écran sans tain, ne peut que s’ennuyer ferme.


L’Homme qui a surpris tout le monde 

de Natasha Merkulova et Aleksey Chupov


Avec ce conte cruel, variation slave contemporaine autour du vilain petit canard parfaitement mise en scène et incarnée, le duo de réalisateurs part de l’intime pour dire la Russie d’aujourd’hui. Une belle surprise.


Leur souffle 

de Cécile Besnault et Ivan Marchika


À Jouques, s’écoule le quotidien paisible de moniales, cloîtrées dans une abbaye bénédictine. En évitant tour à tour les écueils de l’objet prosélytique et de la contemplation pure, ce documentaire décortique la vie monastique entre paradoxes et retenue.


de Yolande Zauberman


Document frénétique sur un homme qui tente de se réimplanter dans un espace hostile, M catalyse la fièvre de son témoin pour mieux la faire exploser, par la seule force du Verbe, dans l’enceinte d’une communauté impunie. Dérangeant, mais pas moins fascinant.


​Qui m’aime me suive !

de José Alcala


Cette jolie romance sentimentale autour d’un trio amoureux de jeunes sexagénaires vivant dans un village du sud de la France a des accents de comédie à l’italienne. On se laisse volontiers embarquer par des trois déclassés pleins de charme et de ressource.


​Résistantes 

de Fatima Sissani


Dans ce documentaire, la réalisatrice Fatima Sissani dresse le portrait de trois femmes combattantes pour l’Indépendance de l’Algérie. Un film sobre et dépouillé qui propose un regard féminin rare sur cette période trouble qu’est la Guerre d’Algérie.


Le Rêve de Sam 

Film collectif


Quatre courts métrages, signés par différents auteurs, et aux techniques d’animation variées, célèbrent aussi bien la beauté de la nature que l’esprit d’exploration et l’ingéniosité des personnages. De belles aventures à découvrir à partir de 4 ans !


Sauvages 

de Dennis Berry


Deux femmes vivent une histoire d’amour vouée à l’art et à la liberté. Si l’on peut d’abord être conciliant devant Sauvages, son ton candidement lyrique et fantasque, il est plus difficile de le rester lorsque le film s’enlise dans une intrigue dramatique qui flirte, involontairement, avec la comédie.


Sunset 

de László Nemes


Dans l’immédiate avant-guerre où allait disparaître l’empire austro-hongrois, une femme cherche à éclairer les mystères de son passé. Comparable à bien des égards au Fils de Saul, le premier film de Nemes, Sunset n’en retrouve cependant jamais la puissance.


Us 

de Jordan Peele


Riche en références et porté par une formidable Lupita Nyong’o, le nouveau cauchemar de Jordan Peele est un spectacle imparfait, sursignifiant davantage que réellement surprenant. Mais sa férocité et son ludisme suffisent à en faire un manège redoutable.


Les Yeux de la parole 

de David Daurier et Jean-marie Montangerand


En voulant éclairer l’adaptation de fables syriennes millénaires par le truchement de collégiens français peu au fait du sujet, ce documentaire effleure une multitude de thématiques potentiellement très riches, mais échoue à trouver un angle d’attaque précis.