Rechercher du contenu

Sorties du 6 février 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2138 des Fiches du Cinéma


Le film en Une

La Favorite

de Yorgos Lanthimos


Au XVIIIème siècle, en pleine guerre avec la France, deux courtisanes se disputent les faveurs de la reine Anne. Porté par un génial trio d’actrices, un biopic élégant et cinglant, qui se mue en une grande tragicomédie perverse et mémorable.

Lire la critique complète


Toutes les sorties de la semaine

Arctic 

de Joe Penna


Ce film de survie dévie bien vite de son intéressant incipit in medias res pour s’aligner sur le tout-venant des productions balisées et inhérentes à son genre, préférant la voie de la douleur morale et du calvaire physique (ou l’inverse) à tout autre aspiration.


​La Cabane aux oiseaux 

Film collectif


Ode à la lecture et au cinéma, La Cabane aux oiseaux est une immense réussite, que ce soit sur le plan visuel, technique ou lyrique. Malgré l’absence d’un thème commun, l’unité du programme est aussi éclatante qu’un oiseau qui aurait mangé une étoile.


​La Dernière folie de Claire Darling

de Julie Bertuccelli


Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni forment un duo mère-fille touchant dans cette fiction de Julie Bertuccelli, qui explore la complexité des liens au sein d’une famille liée par un lourd secret. La mise en scène est adroite mais le scénario conventionnel..


​Dragons 3 

de Dean DeBlois


De l’aventure, de l’amour, un peu de tristesse aussi, un scénario entraînant sans être trop complexe, le tout mis en scène avec virtuosité : tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce dernier volet de Dragons un succès auprès des familles..


Kabullywood 

de Louis Meunier


Quatre amis étudiants décident de rénover le plus grand cinéma de Kaboul, détruit par les talibans. C’est oublier les fondamentalismes qui rongent la société afghane. Sur fond d’histoire d’amour, un manifeste bienfaisant en faveur de la culture et des libertés.


Mango 

de Trevor Hardy


L’Ancien des studios Aardman Trevor Hardy signe un premier long métrage enlevé sur les aventures d’une petite taupe qui préfère le foot à la mine. Le charme de l’animation en stop-motion opère pleinement grâce à des personnages très sympathiques et des décors réussis.


My Beautiful Boy 

de Felix Van Groeningen


Un père assiste, impuissant, à la chute d’un fils modèle devenu accro à la méthamphétamine. Première incursion US pour Felix Van Groeningen, qui délivre un mélo de bonne facture, quelque peu empêché par son souci de délicatesse. Carell est parfait, Chalamet agace.


Nicky Larson et le parfum de Cupidon 

de Philippe Lacheau


Un détective privé obsédé par les femmes et son associée doivent remettre la main sur un parfum révolutionnaire… Cette adaptation passéiste et quasi littérale de la série d’animation « francisée » s’assume comme une récréation cartoonesque, malgré des fautes de goût.


Nuestro Tiempo 

de Carlos Reygadas


À la fois film de chambre (à coucher) et tableau édénique naturaliste, le film de Reygadas mêle les torsions de l’âme humaine et l’impuissance du monde à les redresser, dans un alliage composite de dénuement atavique et d’élégie. Un chef-d’oeuvre anti-thérapeutique.


Les Ritournelles de la chouette 

Film collectif


Cinq petits films poétiques et drôles mettant en scène humains et animaux, autour des valeurs de la modestie et de la simplicité. On y retrouve le bonheur des fables de notre enfance, avec leurs fins humanistes et leur appel à une sagesse universelle.


Tout ce qu’il me reste de la révolution 

de Judith Davis


Cette comédie explosive de la théâtrale Judith Davis transmet une énergie redoutablement bénéfique pour repenser le monde. Ce qu’il reste de la révolution… c’est la révolution. C’est tout ce que l’on souhaite à une nouvelle génération de cinéma.


Un coup de maître 

de Gaston Duprat


Un galeriste et un peintre, tous deux en perte de vitesse mais amis inséparables, vont profiter d’un accident de la route dont est victime le second pour relancer leurs carrières. Une fable irrésistible et un constat lucide sur les dérives de l’art contemporain.


Une intime conviction 

de Antoine Raimbault


Justice vs certitude. Croyance vs faits. Persuadée de l’innocence d’un homme accusé du meurtre de sa femme, Nora se bat auprès de l’avocat de celui-ci pour mettre au jour la vérité. Ce premier long, sur l’affaire Viguier, est passionnant comme un polar.


Pour connaître les critiques complètes de ces films, abonnez-vous pour 1€ par semaine