Rechercher du contenu

Sorties du 13 février 2019

Ces avis sont extraits des fiches parues dans le numéro 2139 des Fiches du Cinéma

Vice

de Adam McKay


Des tréfonds du Wyoming aux ors de la Maison Blanche, Vice revient sur l’ascension fulgurante de l’homme politique Dick Cheney, qui voulait être Président à la place du Président. Une démonstration jouissive et acide des rouages de la politique américaine.

Lire la critique complète

 

Autres films à voir cette semaine

Alita : Battle Angel 

de Robert Rodriguez


Dans un lointain futur, une cyborg amnésique noue des amitiés et se bat pour survivre. Robert Rodriguez officie pour James Cameron sur cette adaptation ultra dense et haletante, bien qu’imparfaite, du manga de Yukito Kishiro. Du grand spectacle ambitieux.


​Dans la terrible jungle 

de Caroline Capelle et Ombline Ley


Dans la terrible jungle nous guide à travers un centre fermé pour déficients visuels. Et nous fait vivre avec les pensionnaires, au point qu’on aimerait bien ne plus les quitter. Il en résulte, malgré une mise en scène et un montage classiques, un film revigorant.


​Deux fils

de Félix Moati


Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste et Mathieu Capella sont formidables de naturel dans cette comédie dramatique profondément aimable autour d’un trio lié par la volonté de surmonter des épreuves récentes. Un premier film sensible et remarquablement écrit.


​Les Drapeaux de papier 

de Nathan Ambrosioni


Après avoir passé sa jeunesse en prison, un trentenaire en quête de construction se rend chez sa petite soeur qu’il n’a pas vu depuis douze ans. Malgré un Guillaume Gouix habité, un premier film empreint d’afféteries, et qui ne parvient pas à sortir des sentiers battus.


L’Illusion verte 

de Werner Boote


Le décryptage des méthodes mensongères mises en place par les industriels pour paraître « laver plus vert » et continuer à faire des profits. Un documentaire édifiant, qui rappelle l’urgence de se comporter en citoyens responsables et non en simples consommateurs.


Long Way Home 

de Jordana Spiro


Fraîchement sortie de prison, une jeune fille retrouve sa soeur et décide de se confronter à son violent passé familial. Une oeuvre touchante, dont l’économie narrative est aussi symptomatique d’un cinéma indépendant (américain) à tendance dogmatique.


Moi, maman, ma mère et moi 

de Christophe Le Masne


Ce premier long métrage, qui repose sur un casting pertinent mais souffre d’une intrigue éculée, manque malheureusement d’ambition dans sa mise en scène et ses dialogues. Jamais désagréable, le film ne laissera sans doute pas un souvenir impérissable.


​The Raft

de Marcus Lindeen


Mêlant habilement images d’archive et témoignages, Marcus Lindeen retrace une insolite expérience psychologique et sociologique. Un documentaire passionnant qui questionne à la fois l’autorité, la valeur et les fragiles attentes de la recherche scientifique.


​Ralph 2.0 

de Rich Moore et Phil Johnston


Pour sauver son amie Vanellope de la désintégration, Ralph délaisse l’univers des jeux d’arcade pour les horizons démesurés de l’Internet. Non sans une certaine dose d’opportunisme, cette suite exploite, avec roublardise, les références de la pop culture.


Le Silence des autres 

de Almudena Carracedo et Robert Bahar


En Espagne, la loi d’amnistie de 1977, qui a permis de libérer les prisonniers politiques du régime franquiste, garantit aussi l’impunité de ses criminels. Les auteurs ont ici mené une enquête méticuleuse et essentielle sur les conditions du retour à la démocratie.


Un ange 

de Koen Mortier


Depuis sa fin tragique, la vie de Franck Vandenbroucke a fait l’objet d’un large traitement médiatique. Le film de Koen Mortier apporte quant à lui un point de vue original, totalement imaginé, sur les derniers instants de l’enfant terrible du cyclisme.