Rechercher du contenu

La Favorite

Au XVIIIe siècle, en pleine guerre avec la France, deux courtisanes se disputent les faveurs de la reine Anne. Porté par un génial trio d’actrices, un biopic élégant et cinglant, qui se mue en une grande tragicomédie perverse et mémorable.

Avec Mise à mort du cerf sacré, Yorgos Lanthimos avait atteint les limites de son dispositif cinéma : un scénario épuré jusqu’à l’exagération ne laissait aucun espace à l’émotion ou à la bizarrerie, réduisant ses personnages à l’état de pantins désincarnés. Moins manifeste dans ses intentions, La Favorite (dont le cinéaste ne signe pas le scénario) reste – comme les films précédents de Lanthimos – une réflexion sur le pouvoir. Un pouvoir faillible, à l’image de la reine Anne : aveuglée par ses sentiments, fragilisée par sa santé et sa dépression. Deux courtisanes se disputent ses attentions : celle qui l’aime, la tient sous sa coupe et veut conserver ce privilège ; celle qui veut la séduire pour arriver à ses fins et contrecarrer son déclin social. Mais que veut la reine ? Tous les personnages sont complexes, et Lanthimos filme ses actrices dans un réjouissant jeu du chat et de la souris, au fil de dialogues acérés et de situations absurdes. L’humour lui permet de jouer avec la noirceur de certains événements – moquant à l’occasion les protocoles et l’étiquette aristocratiques, facilement amendables – et de faire intervenir par intermittence une fantaisie singulière et inquiétante. Si c’est un biopic (et, incidemment, c’en est un), il est à ranger du côté des rares qui osent écorner la figure historique qu’ils abordent : Lanthimos se refuse à idéaliser Anne et en fait un personnage ambigu, aussi difficile que Sarah et Abigail. Ses trois actrices humanisent grandement ce trio chaotique, perverti par le pouvoir, et malgré tout perpétuellement touchant. Qu’une œuvre aussi perverse, signée d’un auteur d’avant-garde exigeant et peu fédérateur, fasse partie des favoris des Oscars ajoute encore plus à la légende que s’amuse à écrire le film.

_

Critique disponible – avec celles de toutes les sorties du 6 février – dans le n°2138 des Fiches du cinéma.

S’abonner aux Fiches du Cinéma