Rechercher du contenu

Sorties du 16 janvier 2019

Ces avis sont extraits du numéro 2135 des Fiches du Cinéma

​Doubles vies

de Olivier Assayas


Un éditeur, un romancier, une comédienne et une attachée parlementaire sont pris dans la confusion des sentiments et du changement de civilisation… Une comédie amère, légère et théorique, photographiant l’époque dans un moment de transformation significatif.

 

Autres films à voir cette semaine

Ayka 

de Sergey Dvortsevoy


Pour Ayka, jeune exilée kirghize à Moscou, la vie est une course d’obstacles. Pauvre, endettée, venant d’accoucher, la caméra la suit pour faire ressentir ce qu’est l’obligation d’aller vite pour survivre. Un beau film, même si on n’aime pas le cinéma immersif.


​Ben Is Back 

de Peter Hedges


A la veille de Noël, Ben, 19 ans, revient dans sa famille après une longue absence. Sa mère l’épaule mais redoute qu’il ne cède encore à ses addictions. Défi pour des parents concernés que le réalisateur aborde avec tact, servi par des acteurs convaincants.


​Capri-Révolution

de Mario Martone


Mario Martone tente de raconter comment une jeune chevrière s’émancipe peu à peu à Capri, au début du XXème siècle. Il brasse trop d’éléments historiques, trop de pistes, et de façon superficielle. Ce qui finit par asphyxier récit et personnages.


​Colette 

de Wash Westmoreland


Au tour de Colette de faire son apparition sur grand écran, dans un biopic à l’américaine retraçant ses débuts, son succès et sa quête de reconnaissance. Une mise en images singulièrement lisse et convenue, pour une artiste qui était loin de l’être.


The Front Runner 

de Jason Reitman


En revenant sur le premier scandale sexuel ayant coulé une campagne présidentielle, en 1988, Jason Reitman livre un récit politique tendu, bien mené et joué, mais qui manque cruellement de recul ou de réflexivité sur un sujet vaste et fort moderne.


Glass 

de M. Night Shyamalan


19 ans après Incassable, Shyamalan clôt sa trilogie des super-héros, et continue de développer un univers complexe, à l’opposé de celui proposé par la franchise Marvel depuis dix ans. Un film aussi étonnant que bancal, qui alterne le pire et le meilleur.


L’Incroyable histoire du facteur Cheval 

de Nils Tavernier


Les amateurs de beaux paysages iront découvrir cette biographie très classique consacrée au facteur Cheval, qui toute sa vie durant occupa son peu de temps libre à la construction d’un palais exotique au fond de son jardin de la Drôme.


Une jeunesse dorée 

de Eva Ionesco


Eva Ionesco continue de tisser sa toile auto-fictionnelle, en déportant ici son regard sur les années Palace, ses faux-semblants, ses joies et ses bourgeois décatis. Las, la transgression est inexistante, et le film est plus drôle à ses dépens qu’autre chose.