Rechercher du contenu

Philharmonia

Cette série sur la musique classique commence comme un bel ensemble, mais à force de surcharger la partition, elle finit hélas sur de gros couacs.

 

S’attaquer à la vie d’un orchestre philharmonique, voilà un sujet original et ambitieux qu’on se réjouit de voir sur le service public. Un groupe, de la musique, c’est aussi l’occasion de réaliser une bonne série chorale, à la narration dense, avec des seconds rôles aussi bien travaillés que les premiers. C’est le contrat que remplit d’abord la scénariste Marine Gacem.
 

Dès le premier épisode, le tempo est donné, on entre allegro dans le vif de l’action. Hélène Barizet (excellente agaçante Marie-Sophie Ferdane), cheffe de renommée mondiale au caractère bien trempé, est nommée à la tête d’un orchestre parisien, contre l’avis des musiciens. Elle va devoir gagner leur confiance, sans renoncer à des méthodes bien à elle, plutôt abruptes.
On pourrait reprocher aux personnages d’être assez archétypaux : une jeune violoniste surdouée (Lina El Arabi), un premier violon vieillissant (Tom Novembre), un syndicaliste pointilleux (François Vincentelli), un Directeur qui n’assume pas son homosexualité (Laurent Bateau)… Mais ils sont tous si bien incarnés qu’on y croit et qu’on se plaît à les suivre.
 

De la même façon, si l’on nous donne parfois à voir un Paris de carte postale, la réalisation soignée de Louis Choquette sait capter toute l’étrangeté et la majesté de ce fameux bâtiment de la Philharmonie de Paris (image ci-dessous). Comme les scènes d’intérieur ont aussi été tournées là-bas, c’est l’occasion pour le grand public de découvrir ce microcosme.
 

© JC Lother – Merlin Productions – France Télévisions

 

Et il y a la musique, la volonté de prouver que la musique classique ce n’est pas « forcément chiant » (dixit l’héroïne), sans pour autant nous infliger des orchestrations à la André Rieu. Bien utilisée, revisitée en clin d’œil humoristique parfois, la musique du répertoire classique et moderne, additionnée d’une musique originale d’Etienne Perruchon, donne à la série ses plus belles scènes.
 

Une partition qui part en flûte

Cette belle harmonie est hélas gâchée par le versant « thriller psychologique » de l’histoire, dont le traitement empire en même temps qu’il prend de l’importance au fil des épisodes. Dans les deux derniers en particulier, on assiste à une multiplication de situations rocambolesques, donnant lieu à des scènes ridicules, dialoguées comme une mauvaise sitcom.
Ce final bâclé nous laisse bien mal à l’aise. Et l’on est très déçu de devoir conclure sur cette énorme fausse note.


PHILHARMONIA de Marine Gacem

Avec Marie-Sophie Ferdane, Lina El Arabi, François Vincentelli, Laurent Bateau, Jacques Weber, Tom Novembre, Tomer Sisley, Charlie Bruneau, Véronique Jannot…
6 x 52’ sur France 2 à partir du 23 janvier 2019
Bande-annonce :