Rechercher du contenu

Le Bureau des légendes Série française - saison 4 - Diffusion Canal +

Grâce à sa méthode de travail à l’américaine, Eric Rochant, en véritable showrunner, livre une nouvelle saison du BDL pour la quatrième année consécutive. S’il y a quelques changements au Bureau, une chose perdure, c’est le haut niveau de cette création française, la plus exportée dans le monde.

 

Si vous n’avez jamais mis les pieds au Bureau, on se demande bien pourquoi (1) mais on a une bonne nouvelle : cette saison peut s’appréhender comme la première d’un nouveau cycle, d’autant que les nouvelles rencontres de Malotru (Mathieu Kassovitz) vont l’amener à raconter son passé. Une longue histoire qui fait désormais de lui quasiment un héros de tragédie grecque, portant le poids de sa faute, de l’irréparable trahison, et les remords de son histoire d’amour déchue.
 

Traqué par la CIA et la DGSE, c’est à Moscou qu’il a trouvé refuge. L’occasion pour les scénaristes d’aborder un sujet d’actualité : la cyber criminalité et les recherches sur l’intelligence artificielle. Comme toujours au Bureau, les sujets sont aussi passionnants que pointus et toujours mis à la portée du néophyte. Quitte à ce que certaines scènes, avec paperboard, photos punaisées et flèches au marqueur rouge soient un peu trop… surlignées.
 

Mais les agents du BDL continuent d’être nos fins observateurs d’un monde de plus en plus inquiétant. En Syrie, c’est Jonas qui se lance à la poursuite de dangereux djihadistes français et pour sa première fois sur le terrain, il va mouiller la chemise, au sens propre. Artus est parfait dans le personnage et on peut une nouvelle fois saluer l’excellence de l’ensemble des actrices et des acteurs, tellement crédibles, du plus petit au plus grand rôle.
 

(c) TOP The Oligarchs Productions, Canal +, Rémy Grandroques

 

Celui qu’on attendait au tournant, c’est le nouveau au Bureau, Mathieu Amalric alias JJA, Directeur de la sécurité interne de la DGSE. Eric Rochant songeait à lui dès l’écriture et, mesurant la difficulté, parle d’une « greffe qui n’était pas acquise mais qui a pris ». Effectivement, Amalric incarne très bien l’ambigüité d’un homme dont on ne sait s’il est un insupportable redresseur de torts, vaguement paranoïaque ou juste un fonctionnaire scrupuleux et bien avisé.
 

« Les séries reposent avant tout sur l’écriture et sur le jeu »

 

C’est le credo d’Eric Rochant, dont l’équipe de scénaristes a été en partie renouvelée cette année, ce qui a donné lieu à quelques adaptations, retardant la diffusion habituellement printanière, à l’automne. Pour alléger son accaparante tâche, le créateur s’est adjoint les services de son ancienne camarade de promo de l’IDHEC (ex-Femis), Pascale Ferran, pour superviser la réalisation de cette saison.
 

Ces petits arrangements n’ont rien gâté à la narration qui avance avec cohérence au fil des saisons, toujours dense et pleine de suspens. Elle enrichit même ses codes avec la voix off de Marina Loiseau (en plus de celle de Malotru – Sara Giraudeau) et de surprenants flash-back, subtils comme des non-dits qui finiraient par être exprimés. Homogène, la réalisation est de plus en plus maîtrisée, même si on garde une préférence pour les scènes d’intérieur, pour la lumière et l’atmosphère singulière du siège de la DGSE.
Une gravité qui ne se prend jamais trop au sérieux, telle pourrait être la maxime du Bureau des légendes, une des clefs de sa réussite.
 
(1) : LBDL Saisons 1 à 3 est disponible en VOD, en DVD et Blu-Ray (Studio Canal Ed.)


Le Bureau des légendes S4 d’Eric Rochant

Avec : Mathieu Kassovitz, Sara Giraudeau, Florence Loiret Caille, Jonathan Zaccaï, Artus, Mathieu Amalric, Jules Sagot, Stefan Crepon, Anne Azoulay…
10 x 52′ sur Canal + à partir du 22 octobre 2018
Bande annonce :