Rechercher du contenu

Garder le rythme La rentrée des Fiches du cinéma

Septembre. On a beau ne pas s’être vraiment arrêté, on ne peut s’empêcher de sentir tout de même que quelque chose recommence. Le bureau est rangé, les crayons sont taillés, les claviers affûtés, les films de gros calibres commencent à revenir en délégation pour nous inviter à en découdre : une nouvelle saison démarre. Et avec elle son lot de résolutions, changements, nouveautés dans la formule.

Pour commencer, nous avons décidé de clarifier notre rythme de parution, en gardant le tempo que nous avons adopté depuis la fin du printemps. Désormais notre revue sera donc un mensuel. Nous ne vous ferons plus la surprise de débarquer dans vos boîtes aux lettres à des dates improbables, mais vous saurez que vous pouvez compter sur nous chaque première semaine du mois. Et cela ne changera rien à l’exhaustivité de notre contenu, puisque nous adapterons notre pagination au nombre des sorties de chaque mois.

Par la suite, d’autres évolutions sont à prévoir. Soit par envie, soit par nécessité. En effet, nous vous en avons parlé à chaque fois que nous avons utilisé cette page d’édito comme boîte de dialogue avec vous, la situation économique des Fiches est plus fragile que jamais. Il va donc nous falloir rester mobiles pour continuer à passer sous les radars de la loi du marché. Au-delà même de notre situation individuelle, le sentiment est de plus en plus fort que nous – c’est-à-dire nous les lecteurs de presse en général, de presse culturelle en particulier, nous les spectateurs de cinéma – sommes de moins en moins une audience, un marché, et de plus en un club, de plus en plus fermé de surcroît. Il y a évidemment lieu de s’en préoccuper, pour tout un tas de bonnes raisons (parce que ce n’est pas bon pour nos affaires, mais aussi parce que ça rend le monde plus triste).

Cependant, on peut aussi se dire que ce rétrécissement de l’espace que nous partageons, a au moins le mérite de nous rapprocher. Et que dès lors on peut profiter de cette intimité pour se parler. Alors ne vous privez pas de communiquer avec nous. Nous avons une adresse postale, des adresses mails, des messageries sur les réseaux sociaux, un numéro de téléphone : n’hésitez pas à en faire usage, pour nous dire vos envies, vos critiques, vos idées… Ce journal vit grâce à vous, dans la mesure où il est totalement indépendant c’est vous qui en êtes en quelque sorte les actionnaires, donc faisons-le ensemble.