Rechercher du contenu

Les sorties du 1er août 2018

Le film de la semaine

 

Les Versets de l’oubli de Alireza Khatami ****

Incroyablement bien réalisé, pure merveille visuelle, ce film passionnant en déroutera certains, et enchantera les autres.

Mystérieux, poétique, inspiré, le film d’Alireza Khatami est une réussite totale. Dès le premier plan, l’intelligence de la mise en scène et le raffinement des couleurs nous frappent de plein fouet. Un fossoyeur creuse un trou, d’où il évoque le destin de la personne qu’il y enterrera. Un vieil homme l’écoute, ce vieil homme qui a oublié son propre nom. Au premier plan, une pierre tombale à la surface crayeuse tirant sur le turquoise. Le même turquoise que celui de la chemise du vieil homme. Tout le film est comme ça. Pas un plan qui ne soit un évènement pour l’œil du spectateur. Quant au récit, entre fable, conte fantastique et métaphore politique, il raconte avec simplicité le combat discret d’un homme simple contre l’oubli des victimes de la violence politique. Pour parler de son Iran natal, le cinéaste a placé son histoire dans un pays imaginaire d’Amérique latine, pays dont chacun peut ainsi décider du nom. En cherchant l’épure, le mythe, Khatami se rapproche de l’esthétique de Borges. Les archives du cimetière, labyrinthiques, délirantes, auraient d’ailleurs pu naître de la plume de l’écrivain argentin. Par son humour exquis, étrange, par son atmosphère enchanteresse, le film se détache de toute comparaison. Certes, son univers ne parlera pas à tout le monde. Baleines volantes, passé qui se mêle au présent, bureau rempli de réveille-matins… Les visions surréalistes peuplées de symboles qu’il propose pourront paraître trop cérébrales à certains. Mais pour peu qu’on y soit sensible, on vibre de plaisir devant cette œuvre unique, visuellement éblouissante et supérieurement écrite. Qu’il s’agisse d’un premier film est proprement ahurissant
Gaël Reyre.

 

 

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Arythmie ***
Un scénario très bien écrit, des acteurs excellents, une mise en scène maîtrisée : une réussite..
G.R.

The Bacchus Lady **
E J-yong réussit à traiter plusieurs sujets de société sans lourdeur, avec empathie, générosité et un sens affiné du récit..
M.B.

Contrôle parental **
Revisiter le “teen movie” du point de vue des adultes : voilà l’ambition de cette sympathique comédie où trois parents font tout pour empêcher leurs filles chéries de coucher avec des garçons le soir du bal de promo. Le film doit beaucoup à son trio de comédiens.
Mi.G.

Happiness Road **
Avec ce récit très personnel évoquant les sentiments d’une femme qui revient sur les lieux de son enfance, la réalisatrice taïwanaise Sung Hsin Yin signe un très joli film d’animation sur la famille et la nostalgie de l’enfance.
M.Q.

Mario ***
Un film émouvant doublé d’un regard édifiant sur le foot.
G.To.

Mission : Impossible – Fallout ***
Sans renouer avec les sommets de la franchise, le film, ultra spectaculaire, figure un modèle de blockbuster estival. Une fois encore, Tom Cruise y est impérial.
T.F.

My Lady **
Un film dossier ronronnant qui peine à trouver son sujet et finit par se perdre en route.
R.T.

Une famille italienne **
Ce film choral, dans la veine des comédies des années 1960 et 1970, profite d’un rythme tarentellesque. Une comédie qui a le basilic instinct !
I.B.