Rechercher du contenu

Liberté, égalité, ciné

Jeudi 21 juin, au cinéma Le Balzac, dans le VIIIe arrondissement de Paris, sur les Champs-Elysées, eut lieu un petit événement qui mérite d’être relaté. Il était 10h et quelques critiques attendaient dans le hall la projection de presse de l’excellent film d’Alireza Khatami, Les Versets de l’oubli. Mais d’autres spectateurs étaient là pour un autre film. Mordant dans un croissant ou buvant leur café, ils s’apprêtaient à voir Jurassic World : Fallen Kingdom. Programmation plutôt inattendue pour ce cinéma indépendant d’art et essai bien connu des cinéphiles parisiens. C’est que ce jeudi, on sortait les dinosaures pour un public bien particulier. Accompagnés de bénévoles de la CIMADE, les femmes et les hommes présents ce matin-là étaient des “personnes migrantes”. L’initiative vient de M. David Henochsberg, président d’Etoile Cinémas (société exploitant six salles dont Le Balzac, l’Étoile Saint-Germain ou encore le multiplexe indépendant des Lilas). L’idée est de proposer un accès gratuit au 7e art à ces personnes éloignées des lieux culturels en raison de la précarité où elles se trouvent. Ce 21 juin était un premier rendez-vous, appelé à devenir régulier à partir du mois de septembre prochain, y compris dans d’autres salles d’Étoiles Cinémas. Une douzaine de personnes (sans compter les bénévoles) était présente pour cette projection. Pas mal pour un coup d’essai. Gageons que le nombre de spectateurs ira croissant une fois le projet installé dans la durée. M. Henochseberg envisage d’ailleurs de développer d’autres partenariats, en plus de celui entamé avec la CIMADE, afin de toucher davantage de personnes. Une des difficultés majeures dans la mobilisation de ce public réside dans la crainte, bien compréhensible, des contrôles de police. D’où le fait que les dates des prochaines projections ne seront communiquées que confidentiellement. Belle idée que d’avoir choisi Le Balzac pour accueillir cette première projection. Une des femmes présentes ce jeudi n’avait jamais mis les pieds aux Champs-Elysées depuis son arrivée à Paris…

Une telle sortie va donc au-delà du cinéma ; c’est aussi l’occasion de s’aérer la tête, de rencontrer d’autres gens, d’aller dans un quartier prestigieux dont on n’a pas forcément l’habitude, d’avoir des choses à raconter, de se sentir peut-être un tout petit peu moins exclu le temps d’un film. M. Henochsberg espère que cette idée fera tâche d’huile et que d’autres exploitants proposeront à leur tour des séances à destination des personnes migrantes. Il est à noter que la copie de Jurassic World : Fallen Kingdom a été gracieusement prêtée pour cette projection par Universal Pictures International France. Bon choix du reste que ce film de divertissement facilement compréhensible même sans maîtriser le français (le film a été diffusé en VF). Jeudi 21 juin 2018, tandis que quelques critiques découvraient Les Versets de l’oubli, dans la salle d’à-côté, des gens “en galère” oubliaient un instant leur quotidien devant le blockbuster de Juan Antonio Bayona. Rêvons qu’une telle scène devienne banale.