Rechercher du contenu

Les sorties du 6 juin 2018

Le film de la semaine

 

Trois visages de Jafar Panahi ***

Une actrice reçoit une vidéo dans laquelle une ado met en scène son suicide. En quête de répondes, Panahi l’accompagne dans le village de celle-ci. Toujours assigné à résidence, le cinéaste poursuit sa cartographie, sensible et inspirée, de l’Iran contemporain.

On the road again : toujours privé de sortie (de territoire) par le pouvoir iranien, Jafar Panahi (qui est donc récemment allé chercher, à l’aéroport de Téhéran, le Prix du scénario glané au festival de Cannes) continue de sillonner l’Iran au volant de sa voiture. Le plus souvent reclus dans l’habitacle du véhicule (façon de figurer sa propre réclusion), l’auteur, dans son propre rôle une nouvelle fois, y reprend, au gré des chemins empruntés, des visites chez l’habitant et des palabres amorcées par la fenêtre, sa fonction de convoyeur de récit, son ambition de cartographie sociétale depuis le tableau de bord. Si @Trois visages a des accents éminemment kiarostamiens (dispositif de mise en abyme, traversée familière des pentes escarpées et sinueuses de l’Iran rural), la charge politique, qui affleure sous une galerie de portraits hauts en couleur (parfois pittoresque, mais jamais surplombante : sans exonérer son peuple de ses mauvais penchants, Panahi le reconnaît en tant que tel), en est plus littérale, pour composer une recension de conservatismes, en premier lieu ceux frappant les femmes (le patriarcat en prend un coup et Panahi, insistant, introduit dans son récit une histoire de taureau champion de l’ensemencement de génisses). Voyage dans l’espace et le temps tout à la fois (l’heure de Téhéran n’est pas celle de l’arrière-pays iranien), évocation de l’histoire du cinéma de son pays (les visages du titre sont ceux de trois générations d’actrices), Trois visages prolonge le projet de Taxi Téhéran. Cinéaste entravé, Panahi a tiré de cet empêchement même la matière d’une filmographie à part, d’un temps de sa filmographie pour être exact : une bulle de films interrogeant, avec moins d’accents théoriques que de malice, la frontière entre fiction et documentaire.
T.F.

 

 

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Alberto Giacometti, the Final Portrait **
Poser pour Giacometti, c’est un engagement de longue haleine, comme le découvre à ses dépens le critique James Lord. Non dénué d’humour, ce portrait de l’artiste en proie aux affres de la création finit hélas par patiner et laisse le spectateur sur sa faim.
J.L.

Le Book Club **
De l’influence du best-seller Cinquante nuances de Grey sur le comportement de quatre septuagénaires californiennes” pourrait être le sous-titre de cette comédie sentimentale carte vermeil, filmée à-la-va-comme-le-poussent ses quatre formidables actrices.
M.D.

The Cakemaker ***
Un jeune pâtissier berlinois part à Jérusalem sur les traces de l’homme marié – et décédé – qui fut son amant. Sans jamais révéler qui il est, il se fait embaucher par sa veuve. Sur une trame qui pourrait sembler perverse, un film pudique et troublant.
N.Z.

Champions **
Un entraîneur-adjoint irascible est nommé, pour échapper à la prison, coach d’une équipe de basket handicapée. Drôle et jamais intolérante dans son regard sur le handicap, une comédie réussie, malgré une certaine frilosité à sortir des sentiers attendus.
C.D.

Football infini ***
Après le très beau Match retour (2014), Corneliu Porumboiu consacre un nouveau documentaire au football, dont son (anti-)héros entreprend de remanier les règles. Le film confirme l’approche à part, minimaliste et facétieuse tout à la fois, de son auteur.
T.F.

Jurassic World : Fallen Kingdom *
Le réalisateur de L’Orphelinat se frotte à la franchise jurassique avec un bonheur mitigé. Si les effets spéciaux sont très réussis, on déplore un scénario trop attendu et surtout sans surprises. Même pas peur !
M.Q.

Hedy Lamarr ***
Hedy Lamarr fut sans conteste l’une des plus belles et fascinantes star de la grande époque. Elle fut aussi, on le sait moins, une scientifique remarquable. Alexandra Dean lui rend hommage avec ce film riche, vivant, chaleureux et subtilement féministe.
Ch.B.

La Légende *
À 25 ans, le déjà célèbre basketteur professionnel Jean-Christophe Markovic se blesse. Racheté par le club d’Angers, il espère rebondir et intégrer l’équipe de France. Une mise en scène peu inventive mais un constat implacable sur la face sombre du “sport business”.
G.To.

La Mauvaise réputation ***
Nisha jongle entre son image de parfaite Pakistanaise chez elle et de jeune fille de son temps avec ses camarades lycéens. La surprenant au lit avec son petit ami, son père la ramène à Islamabad. Un film d’autant plus puissant qu’il est d’une immense justesse.
G.To.

Realive **
Trentenaire riche, heureux et amoureux, Marc apprend qu’il lui reste un an à vivre à cause d’un cancer. Il se fait cryogéniser, certain que d’ici peu la science le ressuscitera et lui permettra de vivre longuement. Un film intelligent, qui pose des questions essentielles.
G.To.

Riga (Take 1) °
Quattre Lettones aux prises avec les difficultés de l’amour. Ce docu-fiction, aux choix narratifs et formels frelatés, dynamite ses jolies idées au profit d’un récit illisible, dont l’hystérie édmentielle rend inopérante toute identification.
C.D.

Una questione privata **
Cette adaptation du roman éponyme de Beppe Foniglio par le célèbre tandem du cinéma italien mêle obsession amoureuse et Résistance dans le Piémont des années 1940-43. On aurait aimé saluer sans réserves cette ultime collaboration de deux géants du 7e art…
Ch.B.

Volontaire **
Une frêle jeune fille vient chercher sa vérité au contact de la rigueur de l’École Navale. Délaissant la froideur sado-masochiste d’@Une histoire d’amour, Hélène Fillières signe un film bien plus subtil qu’il n’y paraît grâce à la prestation parfaite de Diane Rouxel.
G.To.

Le Voyage de Lila **
Éjectée du livre dont elle est l’héroïne, Lila met tout en œuvre pour raviver son souvenir dans l’esprit de Ramón, son petit lecteur, afin qu’il la sauve des oiseaux de l’oubli. Porté par un bel univers, ce conte animé pâtit toutefois d’un message trop appuyé.
J.L.

 


 

Commander le numéro de JUIN 2018 pour lire les critiques complètes