Rechercher du contenu

18e festival de Neuchâtel : premières annonces

Du 6 au 14 juillet, l’auteur de ces lignes se rendra à Neuchâtel pour la première fois, pour suivre la 18e édition du NIFFF : le Neuchâtel International Fantastic Film Festival. Un festival de renommée internationale, entièrement consacré au cinéma de genre, créé en 2000 sur trois axes : le cinéma fantastique, asiatique et le numérique, et ayant l’extrême bon goût d’avoir baptisé sa récompense suprême du nom de l’artiste H.R. Giger.
En attendant l’annonce de la programmation complète la semaine prochaine, le festival a déjà dévoilé quelques-uns de ses événements, en premier lieu son président du jury : le cinéaste canadien David Cronenberg, de plus en plus rare derrière la caméra. Le réalisateur donnera une conférence centrée sur ses liens avec la littérature (lui qui a publié son premier roman en 2014, à 71 ans !) et programmera, dans le cadre d’une carte blanche, quatre films qui lui sont chers : L’Homme qui rétrécit de Jack Arnold (1957), La Femme des dunes de Hiroshi Teshigahara (1964), Histoires extraordinaires de Federico Fellini, Louis Malle et Roger Vadim (1968) et L’Heure du loup de Ingmar Bergman (1968).

 

Pour patienter jusqu’à la révélation du programme complet du festival, voici les douze premiers films déjà annoncés !

 

Ammore e malativa de Marco & Antonio Manetti (Italie)
Bad Genius de Nattawut Poonpiriya (Thaïlande)
Blood Fest de Owen Egerton (États-Unis)
Carnivores de Jérémie & Yannick Renier (Belgique), sorti en France en mars
Hérétidé de Ari Aster (États-Unis), en salles depuis mercredi dernier
Mandy de Panos Cosmatos (États-Unis), après deux passages remarqués à Sundance et à la Quinzaine des Réalisateurs
Monster Hunt 2 de Raman Hui (Chine)
Number 37 de Nosipho Dumisa (Afrique du Sud)
Piercing de Nicolas Pesce (États-Unis)
Pig de Mani Haghighi (Iran)
The Field Guide to Evil (Film collectif, Nouvelle Zélande)
Time Share de Sebastian Hofmann (Mexique)

 

À noter également que le réalisateur suisse Lionel Baier (remarqué avec ses long métrages Un autre homme ou Les Grandes ondes) s’est vu également offrir une carte blanche de trois films résolument éclectiques : Litan de Jean-Pierre Mocky (1982), Cujo de Lewis Teague (1983) et La Revanche de Freddy de Jack Sholder (1985).