Rechercher du contenu

Les sorties du 11 avril 2018

Le film de la semaine

 

L’Île aux chiens de Wes Anderson ***

Un petit garçon cherche son chien sur une île où ils sont confinés. À partir d’un canevas classique (quête initiatique et aventures burlesques), Wes Anderson tisse un récit sans schématisme, d’une beauté plastique et d’une acuité psychologique remarquables.

Si chaque film de Wes Anderson revêt une telle importance dans le cinéma contemporain, c’est parce que son imaginaire effréné ne se limite jamais à une froideur de technicien, malgré la méticulosité d’ensemble. À la fois rêveur pragmatique et toqué intranquille, Anderson poursuit, avec ce dernier film, animé en stop-motion (et quelle animation, stupéfiante de beauté vignettée !), son travail de toujours : jongler avec une obsession des protagonistes mimétique de sa propre folie symétrique, tout en déniant toute visée morale et manichéenne, et dans le cadre de ce film, toute grossière appropriation folklorique du Japon. Wes Anderson agit en géographe, et modèle des paysages qui existent avant d’être peuplés. La première partie du film, en ce sens, est extraordinaire : les chiens frappés de la maladie et envoyés sur l’île Poubelle sont cueillis, comme le spectateur, dans cet environnement exsangue qui n’est pas l’île du titre du film. Anderson ne tient pas à fantasmer un nouvel état de nature dominant qui se bâtirait sur les cendres d’un état de culture déviant : la quête du petit Atari qui cherche son chien et celles des chiens eux-mêmes est sous-tendue par un besoin instinctif de quitter cette île déserte car non-mythifiée, hostile car dénuée de tout atavisme, mais terreau parfait pour une aventure burlesque rythmée à la perfection. Malheureusement, Anderson ne trouve pas la même justesse quand il s’agit de figurer les humains, et la dernière partie du film s’enlise parfois dans des situations qui, en refusant l’apitoiement, exposent un peu trop la chair du scénario. Mais ces rares scories ne gâchent pas la puissance de ce formidable chaos calme volcanique, où l’homme, pour se réconcilier avec lui-même, se réconcilie avec son meilleur ami.
C.D.

 

 

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Du soleil dans mes yeux *
Alors qu’elle tente de reconstruire sa vie auprès de son fils, une jeune femme rencontre un mécanicien qui cherche à donner du sens à la sienne. Un drame boursouflé qui ne parvient jamais à donner de l’ampleur au récit ou de la consistance à ses personnages.
R.T.

L’Héroïque lande ***
Durant l’hiver 2016, Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval filment, pendant plusieurs mois, la naissance et la fin d’une nation : la Jungle de Calais. Éprouvant et complexe, le résultat repousse admirablement les frontières entre documentaire et fiction.
S.H.

Kings ***
1992 : Willie s’occupe avec amour d’enfants qu’elle reccueille dans un quartier de Los Angeles. La relaxe des policiers qui avaient passé à tabac Rodney King un an plus tôt déclenche des émeutes. Willie s’accroche. Un film aussi glançant qu’ardent sur la violence raciale.
G.To.

Luna ***
La belle Luna participe au viol d’un jeune inconnu lors d’une soirée trop arrosée. Lorsque celui-ci réapparaît dans sa vie, elle va devoir faire des choix. Un premier film maîtrisé, nuancé et prometteur, servi par des comédiens talentueux.
M.T.

Sherlock Gnomes **
Pour cette suite de Gnoméo et Juliette, Kelly Asbury cède la place à John Stevenson (Kung Fu Panda). Malheureusement, ces nains de jardin décoratifs en céramique sont toujours aussi laids…
A.J.

Southern Belle **
Pour son premier long métrage, Nicolas Peduzzi éclate le personnage archétypal de la Southern Belle pour le reconstruire selon un modèle plus en adéquation avec la violence, la colère et la décadence qui animent une partie de la jeunesse de l’Amérique de Trump.
M.Du.

Taxi 5
Chronique à venir

The Third Murder ***
Un meurtrier récidiviste que tout accuse est défendu par un ténor du barreau qui en vient à douter de la culpabilité de son client. Un drame judiciaire haletant et maîtrisé avec brio, révélant qu’un verdict peut tomber sans connaissance évidente de la “vérité”.
M.T.