Rechercher du contenu

Saignant ! Sortie du combo Blu-ray/DVD/Livre "L'Enfer des zombies" de Lucio Fulci

Les éditions Artus Films éditent de façon luxueuse l’une des œuvres phares du maître-charcutier italien Lucio Fulci Zombi 2 alias L’enfer des zombies chez nous. Combo Blu-ray et Dvd avec un livre collectif rédigé par des spécialistes en la matière, une version complète et restaurée qui devrait rendre hommage à la photographie morbide de Sergio Salvati, des bonus avec le co-scénariste Dardano Sachetti (qui laissa les crédits à sa femme Elisa Briganti) et le responsable des maquillages Maurizio Trani (ce qui s’imposait), bref une édition que bien des classiques pourraient lui envier. Mais je ne ferai pas la fine bouche, le film a son importance dans l’histoire du cinéma de genre italien, dans celle du fantastique et dans la carrière de son auteur. Une carrière complexe pour un cinéaste qui ne l’est pas moins. Fulci, me semble-t-il, doit son renom à une sorte de malentendu, une conjonction sans doute heureuse dont ce film est la marque. Il a plus de cinquante ans quand il se retrouve aux commandes de Zombi 2 et une longue carrière derrière lui. Comme nombre de ses confrères qui ont vécu l’âge d’or du cinéma populaire italien, il a été scénariste, surtout pour le réalisateur Steno. Il a débuté la réalisation dans la comédie pour Totò et pour le redoutable duo Franco Franchi et Ciccio Ingrassia. Puis il suit les différents mouvements, touchant au western, au polar, au giallo, à la comédie polissonne avec Edwige Fenech, aux démarquages des succès américains des années 80 et, ce qui ramène à notre sujet, au fantastique et à l’horreur. Ce qui est intéressant chez lui, au-delà de ses indéniables qualités de metteur en scène, c’est un décalage au sein de l’histoire des genres abordés et une façon toute personnelle de les investir avec son goût propre pour le macabre, sa fascination pour le mal et la faute, et une violence surréaliste qu’il pousse toujours à son paroxysme. Ainsi en 1979, il vient de tourner Sella d’argento, un western plutôt classique avec Giuliano Gemma alors que le genre est moribond. Ce film, malgré ses qualités, a été un échec et Fulci voit avec Zombi 2 l’occasion de se refaire. Quand il réalise le thriller Una sull’altra (Perversion story) en 1969, il est précurseur du giallo au même titre que Dario Argento, mais son polar de 1980, Luca il contrabbandiere (La guerre des gangs), arrive après la grande vague du Poliziottescho, dont il est quasiment le dernier représentant.

Avec ses zombies, Lucio Fulci est plutôt en avance. Son film met en scène un quatuor de personnages qui se rend dans une île des Caraïbes pour enquêter sur l’irruption d’une étrange créature dans le port de New-York. Sur l’île, les morts se sont réveillés et mangent les vivants, les transformant par ce processus désormais bien connu en zombie à leur tour.  Avec l’aide d’un docteur et de son entourage de plus en plus réduit, les quatre personnages vont affronter la horde. C’est simple mais efficace. Le prologue et l’épilogue new-yorkais ont été imposés pour bénéficier du succès du Dawn of the Dead  (Zombie – 1978) de George Romero dans lequel est associé Dario Argento, et donnent le sentiment que le film de Fulci raconte le point de départ de la situation décrite chez l’américain.  Mais ce n’est qu’opportunisme de producteur puisque Romero avait posé ses bases avec le séminal Night of the living dead (La nuit des morts-vivants) en 1968, et que son confrère italien opère un authentique retour aux sources haïtiennes du mythe et aux classiques des années trente et quarante comme le White Zombie (1932) de Victor Halperin ou I walked with a Zombie (Vaudou – 1943) de Jacques Tourneur. Fulci crée une sorte de nœud essentiel dans cette longue filmographie. D’une part il fait la synthèse de la vague des années soixante-dix qui, à la suite de Romero, a fait de la représentation de la violence gore un marqueur du genre avec l’ajout en prime du cannibalisme au mythe. Il y a eu les templiers espagnols de Amando de Ossorio, les zombies anglais de Jorge Grau, ou le vétéran du Vietnam de Bob Clark. Chacun renchérissant sur la représentation des chairs en décompositions et le sanguinaire des agressions. Fulci va faire mieux (ou pire) en la matière que les autres. Avec ses excès de violence graphique et son succès mondial, Zombi 2 est le point de départ d’une vague horrifique qui déferle comme ses héros décomposés sur le monde. L’effet gore, la scène choc à faire, sera au cœur de ces films que vont enchaîner Bruno Mattei, Umberto Lenzi, ou Marino Girolami, tandis que d’autres dévient sur le cannibalisme pur et dur comme Ruggero Deodato. Cette débauche de tripaille est dans l’air d’un temps qui ne cesse de repousser les limites de la représentation. Elle va durablement influer sur le genre horrifique, les américains reprenant assez vite la main avec des films comme Evil dead (1982) de Sam Raimi, The thing (1982) de John Carpenter, ou Re-animator (1985) de Stuart Gordon. Ha ! La belle époque où ça pissait sang et boyaux sur les écrans.

Lucio Fulci là-dedans semble avoir trouvé, enfin, sa voie. L’île de Matoul lui permet de laisser libre court à son imagination morbide. Le film est construit sur une succession de scènes où se mêlent l’angoisse, le sanglant et une étrange poésie macabre. Une scène aquatique où un zombie attaqué par un requin va déchiqueter le squale, la résurrection de zombies conquistadors, des morsures très profondes, un arrachage de gorge bien comme il faut, et la scène qui a fait passer le film à la postérité, l’écharde dans l’œil du personnage de Paula joué par Olga Karlatos qui fini en hachis parmentier, sans les pommes de terre. Fulci privilégie un rythme à deux temps, l’un vigoureux pour les scènes d’action, en particulier la scène finale de l’attaque de l’hôpital, l’autre plus suspendu, propre au réalisateur, où joue à plein la fascination de Fulci pour la fragilité de la chair martyrisée. Ces scènes sont aidées par une bande son des plus anxiogène mêlant effets sonores originaux et les nappes musicales, ici signées Fabio Frizzi et Giorgio Tucci, qui jouent sur nos nerfs. Lors de ces moments, Fulci distend le temps en faisant de ses personnages des proies comme paralysées, ce qui permet aux agresseurs de faire durer le plaisir, mais aussi celui du réalisateur et par un jeu un peu pervers, le notre. Fulci repousse les limites autant qu’il peut, proche de la pornographie tant l’effet horrifique seul compte au détriment de tout le reste. Il tend à une sorte d’abstraction, pas très loin de celle du Luis Buñuel de El ángel exterminador (L’ange exterminateur – 1962) où les personnages ne peuvent sortir de leur demeure par une force d’inertie qui restera inexpliquée. Chez Fulci, l’irruption de l’horreur anesthésie ses personnages au-delà de toute logique. Prenons la scène de l’œil. Fulci insiste sur les difficultés de Paula à traîner un meuble pour bloquer une porte puis, quand  elle est attirée à l’extérieur à travers la porte par un zombie, l’œil fonçant droit sur une écharde, il alterne des champs / contre-champs avec de légers effets de travelling pour exacerber le suspense. Pourtant, il suffirait à Paula de mettre une de ses mains libres devant son visage pour éviter son sort, un geste qui semble instinctif mais qu’elle ne fera pas. Toute la scène est focalisée vers ce gros plan de l’écharde entrant dans l’œil. Fulci ne montre d’ailleurs pas la suite. L’année suivante, il filmera de la même façon le viol de la femme de Fabio Testi dans Luca il contrabbandiere, renforçant le malaise par un cadre réaliste. Il y a chez Fulci une inéluctabilité de l’horreur qu’il reprendra plusieurs fois jusqu’au délire de la fille attaquée par des escargots dans Aenigma (1987).

Dans ces dispositifs, Lucio Fulci trouve un style et un début de reconnaissance critique chez ceux qui apprécient sa façon de repousser les limites du montrable. Il va enchaîner au cours des années quatre-vingt une série de films, fantastiques ou thrillers, généreux en visions horrifiques qui vont faire sa réputation. Pourtant, il me semble que ses meilleurs films sont déjà derrière lui. Tempo di massacro (Le Temps du massacre – 1966), Una sull’altra, Beatrice Cenci (Liens d’amour et de sang – 1969), Una lucertola con la pelle di donna (Le Venin de la peur – 1971) ou Non si sevizia un paperino (La Longue Nuit de l’exorcisme – 1972), sont tout aussi dérangeants, riches de violences surréalistes et d’images de cauchemar. Mais ces films bénéficient de scénarios plus complexes, mieux construits. L’horreur et la violence s’épanouissent dans des cadres plus originaux. Et puis les interprétations sont plus solides. Ce dernier point est important pour comprendre la décadence du cinéma de genre italien. Les comédiens de Zombi 2 sont fades. De Tisa Farrow à Ian McCulloch, de Al Cliver à Auretta Gay, il est difficile de sentir concerné par leur sort tant ils ne dégagent aucune émotion. Richard Johnson qui a tout fait dans sa carrière a l’air bien fatigué, et Olga Karlatos semble n’avoir été engagée que pour sa plastique et son œil clair. Nous sommes loin d’un Tomas Milian, d’une Elsa Martinelli, d’une Barbara Bouchet, d’un Franco Nero ou d’une Florinda Bolkan. Le problème ne se limite ni à ce film, ni à Fulci. Au tournant des années quatre-vingt, les comédiens des décennies précédentes ont pris un coup de vieux, et il n’y a pas de vraie relève. Lucio Fulci, comme ses confrères, Argento compris, ne peuvent palier leurs faiblesses de directeurs d’acteurs par le charisme ou le métier des vedettes de leur débuts. Le plus bel égorgement de vaut rien s’il n’y a pas d’empathie avec l’égorgé. En cela aussi, Zombi 2 est emblématique d’une nouvelle période qui s’ouvre pour un cinéma de genre transalpin qui tente un dernier baroud d’honneur via l’horreur, au sein d’un cinéma italien en crise. Presque mort. Zombi 2 est une dernière cartouche qui va durer quelques années. Il y a une certaine ironie à voir en ce film, celui de la reconnaissance pour son auteur, le signal de la curée. Je parlais de « maître-charcutier » au début de ce texte. J’ai découvert Fulci avec ses films saignants et je ne l’appréciais guère. Je l’ai redécouvert avec plusieurs titres antérieurs. Et s’il est désormais amusant de revoir ses séries B soignées mais qui éclaboussent, il y a un regret que son talent authentique ne soit pas plus reconnu pour ses œuvres les mieux tenues.

 

L’Enfer des zombies
Zombi 2
de Lucio Fulci

Avec Ian McCulloch, Tisa Farrow, Richard Johnson, Al Cliver, Olga Karlatos, Auretta Gay

Italie, 1979.
Durée : 91 min.
Sortie cinéma (France) : 13 février 1980.
Sortie France du DVD : Avril 2018.
Format : 2.35:1 – Couleurs.
Éditeur : Artus Films.

Bonus :
Livre (80 pages) « Fulci, zombies et opportunisme », dirigé par Lionel Grenier
« Quand les morts sortiront de leurs tombes » par Lionel Grenier
« De sang et d’encre », entretien avec Dardano Saccheti
« L’île des morts vivants », entretien avec Maurizio Trani
« Quartier Interdit : L’enfer des zombies », par Alain Petit