Rechercher du contenu

Les sorties du 6 décembre 2017

Le film de la semaine

 

Les Gardiennes de Xavier Beauvois ***

Xavier Beauvois adapte un roman sur les femmes durant la Première Guerre mondiale, et livre une chronique de la vie paysanne au début du siècle, pour un film qui préfère le non-dit et l’observation à une dramatisation lourde, ici toujours évitée.

Après le triomphe de Des hommes et des dieux (2010), l’accueil très mitigé de La Rançon de la gloire (2014) a rappelé à quel point Xavier Beauvois est habitué à un va-et-vient destructeur, entre sommet et ratés. Avec Les Gardiennes, il revient à une certaine veine de son cinéma, éloignée des œuvres presque à thèse – tel que N’oublie pas que tu vas mourir (1995) – pour habiter une sorte de chronique professionnelle, capable de s’étendre, pour l’auteur, des flics aux curés. Il investit donc un roman de Ernest Percheron sur ces femmes qui ont du garder les fermes (ou usines) en l’absence des hommes durant la Première Guerre mondiale. Nous sommes ici dans une description du quotidien rural, concentré sur les rites et habitudes de ces héroïnes, pendant que les grands thèmes et la tragédie de l’Histoire grondent en arrière plan. Un contraste important pour le film, qui semble souvent se jouer dans les creux, loin de la lourdeur historique qui aurait pu engloutir le récit. Il y a même une étonnante dédramatisation, visible dans le sort de la protagoniste principale, incarnée par la jeune venue Iris Bry. Mise enceinte puis abandonnée, elle rencontre en effet le déshonneur et le malheur de beaucoup de femmes de l’époque. Mais le film, au lieu de sombrer dans le mélo tragique, montre la jeune femme prendre son destin en main, porter son enfant et continuer sa vie, sans vraie résolution trop dramatique ou facile. Les Gardiennes fait de l’observation du travail, de l’écoulement de la vie, et de la retranscription d’un labeur la chronique globale d’une époque et d’un monde, sans les remous narratifs trop évidents, et avec une forme d’élégance marquante.
S.G.

 

 

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Bienvenue à Suburbicon **
Entre deux biberons, George Clooney fait un peu de cinéma. L’acteur devenu réalisateur marche dans les pas des frères Coen (crédités ici au scénario) mais peine à nous intéresser, la faute à une intrigue trop prévisible, qui manque de rythme et d’humour.
M.Q.

Isola **
Mêlant réalité et fiction, documentaire et conte, images métaphoriques et littérales, Fabianny Deschamps parvient, malgré quelques maladresses, à nous faire ressentir l’absurdité d’un monde à travers lequel dérivent des êtres humains en détresse.
F.B-P.

Leila **
Vingt ans après sa sortie en Iran, ce film de Dariush Mehrjui est enfin visible en France. Drame de remariage sur la résignation douloureuse d’une jeune Iranienne stérile, Leila bénéficie d’une réalisation au cachet indéniable bien qu’assez languissante.
C.Lê.

Makala ***
Grand Prix de la Semaine de la critique 2017 à Cannes, ce documentaire filmé au Congo, mis en scène comme une fiction, est le magnifique portrait d’un père-courage, parti vendre son charbon de bois à la ville. Un film prenant, d’une grande humanité.
M.B.

Los Nadie **
Portrait d’une jeunesse désabusée tiraillée entre l’ivresse du changement et le confort d’une vie déjà installée, Los Nadie ne marque pas les esprits mais reste un premier film sincère et révélateur des mutations socio-culturelles en Amérique latine.
A.L.

Paddington 2 ***
La recherche d’un cadeau pour sa tante entraîne Paddington dans de rocambolesques mésaventures. Une suite en tous points fidèle à la réussite du premier épisode. Aussi sucré et raffiné qu’un bonbon anglais.
N.M.

Santa & Cie **
À trois jours de Noël, les lutins de Santa Claus sont malades. La livraison annuelle semble compromise… Alain Chabat confirme un talent jamais pris en défaut (ne serait un RRRrrr !!! de triste mémoire) pour une comédie honorable et régulièrement inspirée.
T.F.

Seule la terre **
Un jeune fermer du Yorkshire noie sa solitude dans les relations éphémères, jusqu’au jour om la ferme familiale accueille un saisonnier roumain… Francis Lee signe un premier film sensible, nourri de belles images, mais à la progression atone.
S.H.

Stars 80, la suite
Chronique à venir

Tueurs ***
Évadé de prison, Frank Valken réalise avec ses complices ce qu’il espère être son dernier casse. Il se retrouve au cœur d’une machination d’État. Inspiré de faits réels et tourné par un truand repenti, un polar certes classique, mais rondement mené.
G.To.

Un homme intègre ***
En Iran, un éleveur de poissons fait face à une compagnie qui veut s’approprier son terrain. Formellement très réussi, ce film est à la fois un tableau inquiétant de la société iranienne et un récit universel sur le courage et la fidélité à soi-même.
G.R.

We Are X ***
X Japan est l’un des plus grands groupes de metal du monde. Adoré dans toute l’Asie, et de plus en plus en Occident, le groupe a plus de trente ans d’existence et a traversé bien des drames. Devenez fan vous aussi grâce à ce film rapide, soigné et émouvant.
G.R.