Rechercher du contenu

Soderbergh en séries Sexe, médecine et scénario

Si vous avez manqué le début…

Nous n’avons pas accueilli avec un enthousiasme béat les séries du cinéaste Soderbergh. En 2015, dans une ancienne chronique, nous sommes allés jusqu’à railler l’esthétisme de The Knick et l’an dernier, nous avons jugé un peu vaine l’adaptation de The Girlfriend Experience. Quitte à rester imbécile, on n’a pas changé d’avis. Cependant, il nous faut reconnaître qu’il se passe quelque chose du côté de chez Steven…

 

Quoi de neuf, docteur ?

En 2013, lassé du système de production hollywoodien et alors qu’il vient d’enchaîner cinq films en deux ans, Soderbergh annonce qu’il arrête le cinéma. On a cru à de faux adieux façon Aznavour, mais c’est bien sur petit écran que le réalisateur concrétise désormais ses projets. À commencer donc par The Knick (2014) ou le quotidien d’un hôpital new-yorkais dans les années 1900, avant l’invention des antibiotiques.

Centrée autour d’un médecin génial mais accro à la cocaïne, la première saison avait quelques airs de déjà-vu pour ceux qui, comme nous, sont accros aux séries hospitalières. Mais contrairement à tant d’autres réalisateurs de cinéma (1), Soderbergh a au moins le mérite d’être vraiment et complètement aux manettes de sa série (réalisateur, chef opérateur, monteur et producteur) pour proposer sa façon de voir.

 

 

Mise en perspective avec sa deuxième saison, The Knick forme un ensemble cohérent, qui avance dans le bon sens : davantage d’intrigues, plus d’épaisseur narrative et de questionnement sur l’éthique d’une médecine en pleine révolution ainsi que sur une société encore profondément raciste et misogyne. Malheureusement, faute d’audience, la série a été annulée et l’on se prend à regretter que Soderbergh ne puisse poursuivre jusqu’aux saisons 3 et 4 qu’il prévoyait, avec un récit qui avancerait sur autant de décennies…

 

De nouvelles expériences

On est moins sûr du potentiel de la saison 2 de The Girlfriend Experience, même si elle repose sur deux très bonnes idées des scénaristes, défendues par Soderbergh qui n’est plus ici que producteur. La première, c’est de s’affranchir définitivement du film et de la première saison, en changeant complètement de personnages. La seconde, la plus originale, c’est une narration scindée en deux parties totalement indépendantes, qui alternent d’un épisode à l’autre sans jamais se rejoindre.

Cette réflexion sur les formes narratives propres aux séries semble bien être au cœur des préoccupations de Soderbergh. En témoigne sa nouvelle création : Mosaic, une série qui joue l’interactivité en proposant au spectateur de choisir l’ordre de visionnage des scènes. Il s’agit d’une enquête policière, récit qui se prête assez aisément à ce découpage en séquences à choix multiples, même s’il a fallu trois ans de développement pour concevoir cette expérience sur appli mobile.

 

 

Non seulement les choix du spectateur influenceront la narration et le dénouement de Mosaic, mais certaines scènes offriront des contenus supplémentaires qui enrichissent le récit de points de vue différents, de détails et d’indices. Maintenant qu’on vous a fait rêver, on est au regret de vous annoncer que cette appli n’est disponible (officiellement…) qu’aux États-Unis. En France, on devra se contenter de regarder la série en janvier sur OCS City, en US+24, suivant un rythme particulier d’un épisode par soirée.

 

Steven Soderbergh travaille sur d’autres projets de ce genre et il n’est pas le seul (Netflix a lancé cette année plusieurs dessins animés interactifs pour enfants). Sans souhaiter la généralisation de l’interactivité au détriment d’un point de vue d’auteur, on peut imaginer qu’elle apporte de nouvelles perspectives à la façon de raconter des histoires et interroge aussi nos habitudes de visionnage des séries. Une piste à suivre…

 


(1) Martin Scorsese se faisant plaisir avec le 1er épisode de Vinyl puis lâchant l’affaire ou Woody Allen pataugeant dans les spécificités sérielles avec Crisis in six scenes.


The Knick, saison 2 (2015), créée par Jack Amiel et Michael Begler, réalisée par Steven Soderbergh.

Avec : Clive Owen, Andre Holland, Jeremy Bobb, Juliet Rylance, Eve Hewson…

10 x 52 minutes à partir du 17 novembre sur France Ô (déjà diffusée sur OCS City).

Replay : https://www.france.tv/france-o/the-knick
Saisons 1 & 2 également disponibles en DVD et Blu-Ray (Ed. HBO).

 

The Girlfriend Experience, saison 2 (2017), créée par Amy Steimetz, Lodge Kerrigan et Steven Soderbergh.

Avec : Ana Friel, Louisa Krause, Carmen Ejogo, Matthew Bennett, Drew Nelson…

14 x 30 minutes, en ce moment sur OCS Max.

Saison 1 disponible à la demande sur Canal VOD et Orange.

 

Mosaic, créée et réalisée par Steven Soderbergh.

Avec : Sharon Stone, Garrett Hedlund, Paul Reubens, Devin Ratray, Beau Bridges

6 x 52 minutes à partir du 23 janvier 2018 sur OCS City.