Rechercher du contenu

Sortie Blu-ray + DVD + Livret de «Poesía sin fin» d’Alejandro Jodorowsky

Quand la geste poétique réenchante le cinéma

Dans une petite ville chilienne des années 1940, le jeune Alejandro a décidé de devenir poète, s’attirant les foudres de son père. Mais il est bien décidé d’aller en ligne droite à la rencontre de son destin.

Après la renaissance de Jodorowsky cinéaste avec La Danza de la realidad en 2013, l’effervescence se poursuit avec ce nouvel épisode librement adaptée de l’autobiographie de l’artiste. Ainsi le film commence là où se terminait le précédent. Après l’enfance, voici les premiers pas dans l’âge adulte d’Alejandro qui ose s’affranchir du joug parental pour embrasser totalement la voie du poète. C’est à la suite de diverses rencontres déterminantes du monde de l’art qu’il commence à assumer complètement son identité et la nécessité de faire de ses actes des manifestations poétiques car la poésie est vie. Dans ce nouvel opus, bien que passé l’effet de surprise de découvrir l’univers cinématographique jodorowskien du nouveau millénaire, on apprécie la cohérence du propos qui va jusqu’au bout de son ambition à la fois démiurgique et chamanique. Le cinéaste fait appel une fois de plus à toute sa famille pour interpréter les divers âges d’Alejandro ainsi que son propre père. Il a joué en cela la carte de la psychogénéalogie où les drames familiaux des individus dans la vie extradiégétique sont amenés à une prompte guérison par le pouvoir créatif de la mise en scène avec cette idée maîtresse : rejouer la généalogie pour mieux s’en affranchir ! Et ce processus de guérison, Jodorowsky avec générosité l’offre à chaque spectateur. Cela va bien au-delà du processus traditionnel d’identification du spectateur : l’empathie de celui-ci passe au niveau de l’inconscient même, à travers tous les symboles évoqués à travers le film. Le film est tout entier construit sur le rite initiatique qui fait fi de la dictature du réalisme pour faire exploser sur écran toute la puissance de l’art poétique.

Ainsi, pour reconstituer le quartier chilien où il a vécu, Jodorowsky laisse dérouler sur les façades les photographies grandeur nature des bâtiments de l’époque. Toute la puissance d’évocation du décor de théâtre est alors invoquée avec brio. Avec une économie de moyens, le cinéaste pousse en permanence à son summun la puissance évocatrice des symboles qu’il utilise, faisant de la vie un acte poétique et de la poésie un acte vital. À l’instar des deux amis poètes traversant un quartier en ligne droite, le film ne fait aucune concession à son objectif poétique et poursuit en ligne droite son récit initiatique où les couleurs resplendissent comme un champ de fleurs printanières lentement écloses. Rarement l’acte poétique n’a été aussi revitalisant au cinéma !

 

Poesía sin fin
d’Alejandro Jodorowsky

France-Chili, 2016.
Durée : 128 min.
Sortie cinéma (France) : 5 octobre 2016
Sortie France du DVD : 13 novembre 2017
Format : 1,85 – Couleur
Langue : espagnol – Sous-titres : français.
Boîtier : Digibook
Éditeur : Blaq Out

Édition limitée en boîtier Digibook
Contient :

  • le Blu-ray du film
  • le DVD du film
  • un livre de 96 pages intégré au boîtier

Sommaire du livret :

  • Poèmes inédits d’Alejandro Jodorowsky (88 pages)
  • Voyage essentiel » (Viaje esencial), extraits


Entretien avec Alejandro Jodorowsky (25’)
Autour du film par Pascale Montandon-Jodorowsky :

  • Mise en scène poétique d’Alejandro Jodorowsky (28’)
  • Psychomagie sociale d’Alejandro Jodorowsky (8’)
  • Alejandro Jodorowsky et les mouettes (3’)