Rechercher du contenu

Narcos S3 : toujours sur la ligne blanche Série américaine - Diffusion Netflix

Si vous avez manqué le début…

Après deux saisons consacrées à l’ascension puis à la chute de Pablo Escobar (Lire notre critique), l’une des plus belles réussites de Netflix amorce le virage de sa saison 3. El patron Escobar est mort, la série « perd » donc son héros – remarquablement interprété par Wagner Moura – mais elle poursuit comme prévu sa traque des narcotrafiquants. Avec un défi : continuer de tenir le spectateur en haleine.

 

« Quand ça change, ça change… »

Dans la réalité comme dans la fiction, les nouveaux tontons flingueurs de cette saison, les frères Rodriguez du Cartel de Cali, ne sont pas aussi charismatiques qu’Escobar. Mais ils sont encore plus dangereux : organisés comme le KGB (sic), ils contrôlent tout, la police locale comprise, surveillent tout le monde, y compris leurs propres hommes. Leur système d’import / export et de blanchiment d’argent semble fonctionner comme une entreprise internationale aux rouages bien huilés.
C’est ce que nous explique la voix off de Javier Pena, le flic de la DEA qu’on suivait jusqu’ici avec son équipier et qui fait désormais cavalier seul. Ces explications, certes nécessaires, composent une ouverture de saison assez didactique et un peu laborieuse. D’autant que la réalisation, toujours soignée, aurait gagné à faire preuve d’un peu plus d’audace.
Il faut donc patienter trois ou quatre épisodes pour que ce nouveau volet prenne son rythme, installe ses personnages et développe son récit fidèle à l’Histoire.

 

 

Continuer le combat

En s’attachant cette fois à plusieurs personnages, les frères Rodriguez et leurs sbires, Narcos enrichit sa trame, joue quelques beaux face-à-face, garde la tension et l’attention. Si l’on assiste toujours à quelques règlements de compte sanglants, c’est heureusement sans abuser de la violence visuelle.

Surtout, on est en totale empathie avec le désormais poor lonesome cowboy Javier Pena (Pedro Pascal, formidable) qui doit composer entre la corruption colombienne et les ambiguïtés de l’administration américaine. Une lutte sans fin, dont la série nous livre intelligemment les principales clés.

En effet, c’est peut-être la plus grande qualité de Narcos que de nous éclairer non seulement sur le fonctionnement du trafic de drogue mais sur ses enjeux géopolitiques. Elle le fait pour la troisième saison, confirmant ainsi son intelligence, loin de la caricature et de l’apologie du crime.

 


Narcos (2015, en production), série américaine créée par Chris Brancato, Eric Newman et Carlo Bernard.

Avec : Pedro Pascal, Damian Alcazar, Francisco Denis, Alberto Ammann, Kerry Bishe, Miguel Angel Silvestre…
Saison 3, 10 x 52 minutes, sur Netflix le 1er septembre 2017