Rechercher du contenu

Les sorties du 6 septembre 2017

LE FILM DE LA SEMAINE

 

Barbara de Mathieu Amalric ***
Yves Zand, réalisateur, tente un biopic sur la chanteuse Barbara avec, dans le rôle principal, une actrice nommée Brigitte. Le vrai et le faux se confondent dans ce vibrant poème filmé par Mathieu Amalric et enchanté par Jeanne Balibar. Magnifique.

La voix de Jeanne Balibar ânonne et tâtonne, le murmure des mots devient phrases et chanson. Avant même de la voir, on sait qu’elle est déjà elle, l’autre, la Barbara immortelle, que notre mémoire collective a gardé précieusement dans un coin de son cœur, de son âme… Dès lors le pari est gagné, mais d’autres surprises nous attendent. Car Barbara n’est pas un biopic, mais un rêve, une envolée, pour raconter la chanteuse, magnétique, fantasque, envoûtante, fragile ; et la création en général, celle qui tâtonne et ânonne, s’arrête et repart en arrière, se nourrit du vécu, des fantasmes, et des désirs… Sixième long de Mathieu Amalric derrière la caméra, Barbara s’appuie sur deux documents inestimables. Le livre de Jacques Tournier, Barbara, ou les parenthèses, dont il recrée les entretiens en 1968, avec Pierre Michon dans le rôle de l’écrivain et Brigitte (Jeanne Balibar) en Barbara. L’autre source est un documentaire extraordinaire de Gérard Vergez, filmé en 1972, lors d’une tournée sur les routes de France où l’on voit Barbara tricotant dans une voiture, ou s’installant dans les salles de concert. Par vagues, par bribes, par volutes, l’univers des chansons de Barbara et les moments de sa vie sont évoqués, survolés, arrêtés sur l’écran. Les images d’archives se mêlent à l’ici et maintenant. Yves Zand, le réalisateur (Amalric) ne sait plus où il en est du vrai et du faux. On s’y perd, c’est le but. Est-ce Barbara ? Non, c’est Balibar, enfin Brigitte… C’est un film en train de se faire, comme une chanson en train de s’écrire. Et le résultat est un immense film d’amour dédié à deux femmes, l’une chanteuse, l’autre comédienne.
I.D.

 

 

LES AUTRES FILMS DE LA SEMAINE

À la découverte du monde **
Se défendre, affronter ses peurs ou l’absence des proches, s’en sortir par soi-même… À la découverte du monde présente un condensé de leçons de vie destiné aux petits. Cohérent et ludique, le programme offre quelques moments magiques.
A.L.

Le Chemin **
En allant soigner une femme dans un village en forêt, Camille, qui souhaite prononcer ses vœux, est troublée par Sambath, qu’elle ne cesse de croiser près du temple d’Angkor. Un parcours interrogeant intelligemment l’essence de l’amour et la vie.
G.To.

Dans les pas de Trisha Brown ***
Deux collaboratrices de Trisha Brown effectuent un travail de reconstitution de la pièce Glacial Decoy auprès des danseuses de l’Opéra de Paris. Un film pertinent sur la préservation et la transmission d’un héritage important de la danse post-moderne.
A.L.

Dans un recoin de ce monde ***
Près de Hiroshima, Suzu et sa famille subissent les offensives américaines lors de la Seconde Guerre mondiale. Au-delà de la tragédie dépeinte, le récit d’un quotidien modeste et envoûtant, à travers lequel se déploie tout l’éclat de la culture japonaise.
V.V.

Jeannette **
1425. Jeannette, fillette mystique, se demande comment mettre fin à la guerre contre les Anglais. Un jour, trois apparitions lui confient que c’est elle qui boutera l’ennemi hors de France… Le nouveau Bruno Dumont est un film fou et suprêmement audacieux.
G.R.

Napalm **
Claude Lanzmann tente de raconter sa rencontre marquante avec une infirmière en Corée du Nord, en 1958, en retournant sur les lieux. Son utilisation du “je” sur divers registres rend captivante cette imbrication d’un récit intime avec la grande Histoire.
P.F.

O Ka **
Avec cette ode nostalgique à la grandeur passée du Mali, Souleymane Cissé imbrique l’histoire personnelle de ses quatre héroïnes, expulsées injustement de leur maison de Bamako, à celle de son pays, rongé par les guerres et la corruption.
A.Jo.

Ôtez-moi d’un doute **
Présentée à Cannes, où elle avait reçu un accueil enthousiaste, la nouvelle comédie de Carine Tardieu nous entraîne sur les routes de Bretagne, dans les pas d’une famille très attachante, portée par le couple François Damiens / Cécile de France.
M.Q.

Pop Aye **
Thana, architecte vieillissant, retrouve par hasard Pop Aye, l’éléphant qui accompagna son enfance. Il le rachète et se met en tête de le ramener à la maison de son oncle, où il a grandi. Un joli premier film, maîtrisé et mélancolique.
G.R.

Une famille syrienne
Chronique à venir