Rechercher du contenu

LE FILM DE LA SEMAINE

Le Vénérable W. de Barbet Schroeder **** 

Schroeder clôt sa “Trilogie du Mal” avec ce terrifiant parcours d’un moine bouddhiste birman devenu leader politique violemment islamophobe. Il y décrypte implacablement la façon dont les délires d’un homme embrassent les déchirures d’un peuple.

 

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Ali, la chèvre et Ibrahim ***

Plutôt classique dans ses enjeux, ce road movie réserve quelques jolies trouvailles de mise en scène et ne tombe ni dans l’angélisme, ni dans la carte postale. M.Q.

 

A Serious Game ***

Une trame traditionnelle pour ce drame en costumes très romantique, dans lequel la mise en scène est totalement au service de la passion des corps et des cœurs. M.Q.

 

Comment j’ai rencontré mon père *

Une comédie familiale louable sur le fond, mais qui pèche par manque de piquant. G.To.

 

 

Dora *

Dora est une réflexion puissante sur le tabou de la sexualité des handicapés mentaux et leur capacité à être parents, qui bascule hélas dans la surenchère de situations sordides.  A.Jo.

 

 

HhhH °

Le « Boucher de Prague » et les résistants qui ont mis fin à ses méfaits sont filmés sans distance, avec une complaisance esthétique déplaisante. Filmée en anglais et sans Allemands par un Français, cette page d’histoire nazie est filmée sans enjeux ni rigueur.  M.B

 

Le Jour d’après ***

Variation plus personnelle du système Hong Sangsoo, « Le Jour d’après » est un portrait délicat et doux-amer de l’errance amoureuse.  A.Jo.

 

 

Les Lauriers-roses rouges ***

Le cinéma bangladeshi est en plein renouveau. En témoigne ce film fortement engagé sans être tristrement militant. Servi par d’excellents comédiens, il met en scène, avec subtilité, le combat d’une actrice pour sa liberté de femme et d’artiste. M.D.

 

Rio Corgo **

Un testament vagabond et envoûtant. G.To.

 

 

Un jour nouveau **

Un film délicat, un brin lancinant, qui peine cependant à convaincre. J-A.M.

 

 

The Wall **

Doug Liman signe un duel au soleil tendu, efficace et bien interprété, mais qui manque cruellement d’audace. G.R

 

 

Wonder Woman ***

Équilibré, féministe et d’une grande maîtrise technique, “Wonder Woman” redonne du souffle à la franchise DC. A.Jo.

 

 

Acheter le numéro