Rechercher du contenu

Sicilian ghost story par Clément Deleschaud

Film d’ouverture de la Semaine de la critique, Sicilian Ghost Story est de l’avis même des réalisateurs Fabio Grassadonia et Antonio Piazza, un « acte d’amour », une déclaration au pouvoir du Cinéma, de la texture des rêves et de l’importance fondamentale qu’ils revêtent dans les temps les plus durs, les plus sombres.

Cette histoire de « fantôme » sicilien, c’est celle de Luna et de Giuseppe, deux êtres qui s’aiment mais l’un qui disparait mystérieusement, et l’une qui se lance à sa recherche, s’abandonnant dans sa quête pendant que dans le village, l’omerta généralisée impose sa loi implacable.

Loin d’une redite mafieuse de Roméo et Juliette, le film trouve sa singularité dans l’absolue ambition narrative, faisant de l’environnement un vaste terrain de jeu mental qui ne se voit jamais comme un unique palliatif, mais bien comme une autre poursuite tangible, une nouvelle ligne de fuite. Grassadonia et Piazza se mettent à taille d’enfant, et transcendent le plus familier des paysages en un monde imaginaire, comme s’il suffisait que l’un parte pour que le monde s’obscurcisse et se confonde avec l’Ailleurs (les fabuleuses traversées d’un étang devenu immense Styx, comme si Under the Skin rencontrait La Divine Comédie). Évidemment une telle ampleur narrative ne réussit jamais complètement et certains effets, poseurs ou trop soulignés (une pensée pour le plan d’ouverture, plus téléfilm de M6 que Reygadas), sont véritablement en trop. Mais les scories s’effacent devant l’incroyable beauté plastique de la Sicile, inquiétante et solaire, devant la force motrice qui anime la pellicule, devant la performance formidable des jeunes acteurs, et devant le scénario admirablement pensé, superposant horreur routinière (une Mafia pas franchement amicale) et trouées romantiques.

Film enthousiaste, imparfait mais à l’ampleur rare, Sicilian Ghost Story se trouve être une oeuvre tellurique, lyrique mais jamais hystérique, et qui décide, face à la loi du silence, de faire valoir la loi du bruit des coeurs en fusion.