Rechercher du contenu

Black mirror Série britannique - 3 saisons - Diffusion Netflix

Si vous avez manqué le début…

Il y a ceux qui soupirent, « faudrait que je m’y mette », comme s’il s’agissait d’une saine résolution impossible à tenir. Et ceux qui ont peur, « si je commence, je ne pourrai plus m’arrêter », comme on si on parlait de drogue dure. Mais on ne parle que de séries !

Pour tous ces « ceux », il y aurait bien une solution homéopathique, délivrée sans ordonnance : les anthologies. Elles sont récemment revenues à la mode, notamment grâce au succès d’American Horror Story (2011), True Detective (2014) ou American Crime Story (2016) : des séries qui bouclent leur intrigue en une saison, offrant ainsi moins de risque d’addiction (1). Avec la britannique Black Mirror et ses épisodes complètement indépendants les uns des autres, on aimerait vous garantir aussi l’absence d’effets secondaires, mais ce n’est pas si sûr…

 

De l’autre côté du miroir

Aussi indépendants soient-ils, les épisodes de Black Mirror ont un thème commun : les dérives des nouvelles technologies dans notre vie quotidienne. Et ça porte un nom qui sonne comme une maladie grave, la « dystopie », une utopie qui vire au cauchemar.
Imaginez : nous avons tous des puces mémoire intégrées à notre cerveau. Donc, votre conjoint peut fouiller cette puce comme votre téléphone, se repasser la bande de tous vos faits et gestes… (2) Ça fait mal, non ?

Si. Il y a bien des effets secondaires dans ce côté obscur que nous tend Black Mirror, ça bouscule et ça surprend : ce ne serait pas intéressant si ce n’était pas aussi marquant. Comme nous ont marqués jadis les épisodes de Twilight Zone, une anthologie des années 60, qui proposait de courtes histoires, aux allures quotidiennes mais finalement décalées, visionnaires, toujours singulières par leur chute inattendue.
Pour la morale de l’histoire, ajoutez à cela un peu d’Alfred Hitchcock présente…, une autre anthologie pionnière et vous obtiendrez Black Mirror : un reflet qui fait réfléchir.

 

 

Blanc comme neige ?

Les deux premières saisons ont ainsi exploré les travers de la télé réalité, des vidéos postées sur Internet ou des jeux en réalité augmentée. Parce qu’il est de saison, mais surtout parce qu’il est excellent, on vous conseille l’épisode Spécial Noël (2014) avec Jon Hamm (Mad Men).

Malgré son succès critique, Black Mirror est restée assez confidentielle (diffusée d’abord sur France 4 chez nous) et on la croyait enterrée jusqu’à ce que Netflix reprenne la production et diffuse la saison 3 cet automne. Une saison moins sombre que les précédentes, avec le double d’épisodes, ce qui n’était peut-être pas très utile, puisqu’on n’en retiendra finalement que la moitié. Surtout le cynisme et l’autodérision du premier épisode, ou comment un système de notation proche des « like » de Facebook peut ruiner votre vie sociale. Et la nostalgie 80’s pleine de poésie du quatrième épisode.

Paradoxalement, nous vous invitons à regarder un écran pour savoir où vous en êtes avec les écrans. Oui, ça risque de gratouiller et de chatouiller. Et si la réalité vous semble rattraper la fiction, ce n’est pas qu’une impression. #aBonEntendeur


(1) Vous connaissez des gens qui ne lisent pas parce qu’ils ont peur de devenir accro à la lecture ? Des cinéphiles qui trouvent qu’un film de deux heures, c’est trop de temps pris sur leur vie ? Décidément, les séries ne sont pas (encore) un produit culturel comme un autre…

(2) Saison 1, épisode 3 : Retour sur image / The Entire History of You.


Black Mirror (2011, en production) anthologie britannique créée par Charlie Brooker.

Avec : Alex Lawther, Bryce Dallas Howard, Jerome Flynn, Jon Hamm, Tuppence Middleton, Sophie Kennedy Clark, Daniel Kaluuya, Toby Kebbell, Domhnall Gleeson…
Saison 1 (2011), Saison 2 (2013), Saison 3 (2016) disponibles sur Netflix
Bande annonce saison 3