Rechercher du contenu

American crime story : the people v. O.J. Simpson Série américaine - Saison 1 - Diffusion canal+

Si vous avez manqué le début…

O.J. Simpson est une légende du football américain, hyper populaire pour ses performances sportives dans les années 70 et une fois retraité, pour des petits rôles au cinéma, dans La tour infernale ou Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? Chez nous, c’est sans doute lors de son incroyable course-poursuite contre la police, retransmise en direct à la télé (et en différé aux infos pour nous) qu’on a véritablement découvert son nom.

La série commence quelques jours avant ce 17 juin 1994, alors que sont retrouvés les cadavres de son ex-femme, Nicole Brown Simpson et de son compagnon, Ronald Goldman, sauvagement assassinés. Nicole a la gorge partiellement tranchée, le corps de Robert est lardé de dizaines de coups de couteau. Plusieurs indices, dont un gant ensanglanté, convergent vers O.J Simpson.

 

De la réalité à la fiction

Un double meurtre atroce à Los Angeles, un suspect riche, célèbre et afro-américain, l’affaire O.J. Simpson possède déjà tous les ingrédients d’un excellent drame judiciaire. C’est ce qu’ont flairé Ryan Murphy et Brad Falchuk, les créateurs de l’anthologie d’horreur American Horror Story, en la choisissant comme premier sujet de leur nouvelle anthologie consacrée aux crimes célèbres (1).

A partir du livre de Jeffrey Toobin, ancien procureur et chroniqueur judiciaire, les scénaristes Scott Alexander et Larry Karaszewski ont fait un remarquable travail de reconstitution qui nous entraîne pas-à-pas à travers toutes les étapes de ce procès à rebondissements. On est très vite pris par la narration, digne des meilleurs films du genre, qui tient sans faiblir tout au long des dix épisodes.

Certaines scènes sont extraordinairement fidèles à la réalité : la comparaison est aisée puisque le procès O.J. Simpson a été retransmis à la télévision américaine. Mais ce faisant, la série ne se contente pas de rejouer les scènes, elle met intelligemment en lumière les conséquences d’une hyper médiatisation sur le bon déroulement de la justice.

 

 

Faire pencher la balance

C’est aussi parce qu’elle nous place en position de juré que la série est si palpitante. Va-t-on pencher du côté de la procureure Marcia Clark ou d’O.J. et de son avocat, Johnnie Cochran, dont la ligne de défense est indissociable de la cause des afro-américains ? Les acteurs qui les incarnent, respectivement Sarah Paulson, Cuba Gooding Jr et Courtney B. Vance, sont tellement convaincants (2) que notre empathie risque d’aller tantôt pour un camp, tantôt pour l’autre.

Et l’on s’aperçoit que finalement, la question de la culpabilité d’O.J. Simpson, nourrie par sa personnalité trouble, n’est pas le véritable enjeu. La série réussi son pari de soulever bien d’autres questions sur la société américaine, des questions qui n’ont toujours pas trouvé de réponses satisfaisantes, à l’image du verdict de The People v. O.J. Simpson.


(1) American Crime Story traitera une affaire par saison. En préparation, la saison 2 portera sur les conséquences de l’ouragan Katrina et la saison 3 s’intéressera au meurtre du célèbre couturier, Gianni Versace.

(2) La série a remporté 6 Emmy Awards en 2016 dans la catégorie mini-série, dont Meilleure actrice (Sarah Paulson), Meilleur acteur (Courtney B. Vance), Meilleure actrice dans un second rôle (Regina King), Meilleur acteur dans un second rôle (Sterling K. Brown).


American Crime Story : The People v. O.J. Simpson (2016), anthologie américaine créée par Larry Karaszewski, Scott Alexander et Ryan Murphy.


Avec : Cuba Gooding Jr., Sarah Paulson, Sterling K. Brown, David Schwimmer, John Travolta, Courtney B. Vance, Bruce Greenwood…
Saison 1, 10 x 42 minutes, à partir du 10 novembre 2016 sur Canal +
DVD / Blu-ray : à paraître chez 20th Century Fox le 25 janvier 2017