Rechercher du contenu

Parenthèse estivale 1 : Sense8 Les Séries 2015 / 2016 à voir avant la rentrée

Si vous avez manqué le début…

Pour qui se souvient des frères Wachowski, réalisateurs de la trilogie Matrix, il faudra désormais accorder ses adjectifs : Larry & Andy sont officiellement devenus les sœurs Lana & Lilly – et ce n’est pas de la fiction !

En 2015, cette curieuse fratrie a créé une curieuse série, estampillée science-fiction, mais avec de la politique, du sexe, de la métaphysique, des questions de genre et d’identité dedans. Moins ambitieux, ce serait mal connaître les frères sœurs Wachowski.

 

Bienvenue dans la Matrix

Lors d’une scène inaugurale assez pénible (1), une mystérieuse femme se suicide pour « donner naissance » à 8 sensitifs : un cercle d’individus interconnectés, capables de ressentir les émotions de chacun, de communiquer par la pensée mais aussi de se mettre littéralement à la place les uns des autres.

Les premiers épisodes font les présentations, un peu longues mais nécessaires pour bien identifier les forces, interchangeables, en présence : un flic de Chicago, une hackeuse transsexuelle de San Francisco, un conducteur de bus kenyan, une DJ londonienne, une indienne étudiante en pharmacie, un truand berlinois, un acteur homo de telenovelas mexicaines, la fille d’un riche homme d’affaire coréen.

Cet éparpillement façon puzzle des héros nous vaut un tournage aux quatre coins du monde, dans des lieux spectaculaires et télégéniques. La réalisation profite pleinement de ses gros moyens et nous, du voyage. Si l’intrigue se met lentement en place, à raison de cinquante minutes par épisode, il y a toujours une surprise au détour du chemin et des glissements de terrains inattendus.

 

L’Odyssée de l’espèce

Sense8 fait partie de ces séries où l’on est récompensé de s’être laissé porté au-delà des prémices. C’est alors qu’on profite pleinement de la « patte Wachoswki » : une sorte d’odyssée rythmée par des scènes d’action hyper chorégraphiées, parfois très violentes, des dialogues à message, des envolées lyriques sur fond musical et tout à coup, l’irruption d’une autodérision bienvenue.

C’est efficace, astucieux, remarquablement mis en valeur par un montage au cordeau. Du Wachowski en grande forme, comme cela n’était pas arrivé depuis longtemps ! (2)
Les réfractaires pourront trouver ça prétentieux, démonstratif, agaçant. Les amateurs du genre, dont nous sommes, se laisseront emporter sans rechigner. L’essentiel, c’est que Sense8 ne laissera personne indifférent.


(1) : bizarrement, les Wachowski ont complètement raté cette scène d’ouverture, mieux vaut être prévenu pour ne pas s’y arrêter !
(2) : depuis le succès de Matrix (1999 – 2003) pour être honnête.


Sense8 (2015, en production) série américaine créée par Lana et Lilly Wachowski, J. Michael Straczynski.

Avec : Daryl Hannah, Naveen Andrews, Tuppence Middleton, Brian J. Smith, Doona Bae, Ami Ameen, Jamie Clayton, Miguel Angel Silvestre, Max Riemelt, Tina Desai, Terrence Mann.
Saison 1, 12 x 50 minutes, disponible sur Netflix 
A suivre : un épisode « Christmas Special » à la fin de l’année avant la saison 2 au printemps 2017.