Rechercher du contenu

The girlfriend experience & Fargo Des films en séries

THE GIRLFRIEND EXPERIENCE

En 2009, sur grand écran, le sujet était sulfureux mais le traitement résolument soft. Steven Soderbergh suivait le quotidien de la jeune call girl Chelsea : sa vie conjugale et ouvertement conjuguée avec des rendez-vous tarifés. La mise en scène, très « film indépendant », jouait la carte du réalisme, du pris sur le vif et donc d’un point de vue (faussement) détaché. Si le rôle de Chelsea était incarné par une actrice porno, il fallait y voir métaphore et non passage à l’acte : sa voix off ou ses dialogues souvent crus – avec son petit-ami, avec ses clients, avec un pseudo journaliste en mal de sensationnel – suffisaient à placer le spectateur dans une inconfortable position de voyeur.

 

Autant le film était bavard, autant la série est taiseuse : dans l’histoire de Christine, call girl la nuit et étudiante en Droit le jour, les actes priment sur les paroles. En tout cas, ce sont eux qu’ont choisi de nous montrer les deux scénaristes aux commandes. Supervisée par Soderbergh mais ni écrite ni réalisée par ses soins, la série est diffusée par une chaîne payante américaine (Starz). On comprend donc mieux cette liberté d’adaptation, pour ne pas dire ce libertinage. Car d’épisode en épisode, il faut bien dire que nous sommes de plus en plus gênés… Et l’expression « vieux jeu » ne suffirait pas ici à nous (dis)qualifier.

 

Du film à la série, la Girlfriend Experience est passée de l’implicite à l’explicite. Or, quand les mots invitaient au questionnement – sur les apparences, sur la sexualité, sur la valeur marchande de l’humain dans nos sociétés modernes – les images impriment davantage la rétine que le propos. Certes, la série est servie par une irréprochable réalisation, aux tons froids et aux cadrages étudiés, sensés laisser le spectateur seul juge. Mais elle a tellement délaissé la narration que tout cela finit par dégager davantage d’ennui, entre deux « actes », que d’empathie…


Girlfriend Experience (2009) film de Steven Soderbergh.
The Girlfriend Experience (2016) série créée par Steven Soderbergh, Amy Seimetz et Lodge Kerrigan.

Saison 1, 13 x 30 minutes, à partir du 11 avril 2016 sur OCS City
Disponible en VOD 
https://www.starz.com/series/thegirlfriendexperience


FARGO

Les frères Coen ont un univers bien à eux, un goût prononcé pour le pastiche et l’humour noir, découvert à Cannes avec le « triplement palmé » Barton Fink en 1991. Fargo sera de nouveau récompensé sur la Croisette avec le Prix de la Mise en scène en 1996.

Deux ans plus tard, lorsqu’on leur propose de faire de Fargo une série, les Coen, fidèles à leur sens de l’humour, répondent que non merci, ils ne regardent jamais la télé. Il faudra donc attendre presque vingt ans pour que le projet voit le jour, avec des Coen seulement crédités en tant que producteurs.

 

C’est d’autant plus singulier que la saison 1 de Fargo est totalement fidèle à leur marque de fabrique. Si l’histoire diffère légèrement du film, c’est comme un hommage à leur art du décalage, de ces personnages qui ne sont jamais totalement ce qu’ils ont l’air d’être, de ces répliques drolatiques qui arrivent quand on s’y attend le moins.

Ici, peu à peu, la série trouve son propre « langage ». Elle apporte un vrai plus narratif en développant avec jubilation ses personnages, ses situations et ses dialogues, sans trahir l’esprit de l’œuvre adaptée. C’est très réussi et ça va même plus loin : Fargo compte une deuxième saison, qui met en scène une autre enquête policière et d’autres personnages, pour une série désormais affranchie du film, un utile prolongement.


Fargo (1996) film de Joel et Ethan Cohen.
Fargo (2014) série créée par Noah Hawley.

Saison 1 & 2, 10 x 52 minutes sur Netflix.
Saison 3 en 2017