Rechercher du contenu

Le fantastique par le montage et le son Sortie DVD du "Cri du sorcier" de Jerzy Skolimowski

Au cours d’une partie de cricket organisé dans le jardin d’un asile psychiatrique du Devon, un homme étrange, Charles Crossley raconte un épisode récent de son existence. Ayant acquis lors d’un séjour en Australie des pouvoirs de sorcier, il s’est introduit dans l’intimité d’un couple de la région pour séduire la femme envoutée par ses maléfices et humilier l’homme, voire, le tuer avec une arme singulière : son cri.

Réalisé en 1978 par Jerzy Skolimowski et récompensé par un Grand Prix du Jury à Cannes, Le Cri du sorcier est un film très caractéristique de cette période où le genre fantastique accueillit les hautes ambitions de plusieurs cinéastes de renom, tels Kubrick ou Boorman. C’est surtout l’un des plus singuliers qui soient. Pleinement ancré dans le genre, il est cependant anti-spectaculaire au possible, ne reposant aucunement sur les effets associés habituellement à ce type de cinéma. Le cadre est celui de la charmante campagne anglaise : herbe verte, paysages harmonieux, villages accueillants, dunes de sable fin, intérieurs chaleureux… L’histoire débute dans un asile de fous ? Oui mais pendant un match de cricket réunissant sans soucis patients, médecins et villageois. Le décor est réel, les actes n’ont pas en eux-mêmes une grande originalité et les images montrées ne sont pas de nature fantastique. Celles-ci, hormis lorsque s’insèrent quelques jeux visuels sur le flou, le ralenti ou le surcadrage, n’accèdent à ce statut particulier que par leur montage et le mixage du son qui les recouvre.
Particulièrement déstabilisant dans le premier tiers du film, le montage de Skolimowski (qui a toujours aimé les rythmes syncopés) traduit un déséquilibre mental, une confusion. Les passages d’un plan à l’autre surprennent toujours, les liaisons entre les séquences perturbent. Cet éclatement est amplifié par le travail sur le son. Le titre anglais, The Shout, claque plus encore que le français et annonce mieux le but du cinéaste : adapter une nouvelle fantastique de Robert Graves de 1929 pour en tirer un film littéralement porté par le son. C’est en apportant de brusques changements de niveau sonore, en effectuant des expérimentations, des altérations et des amplifications dénaturant les sources originelles, que Skolimowski obtient son ambiance fantastique, au moins autant que par ses étranges coutures de plans hétérogènes. Il faut ajouter à cela l’utilisation d’une musique électronique, signée par deux membres de Genesis, le fait que la victime de cette histoire de forces maléfiques aborigènes soit un musicien en pleine recherche de sons nouveaux et que son bourreau, bien sûr, soit un homme ayant trouvé le moyen de tuer en poussant un cri terrible. Ainsi, certaines séquences ne semblent naître que de cette volonté de saisir l’essence et l’effet d’un son.
En janvier 1979, le futur écrivain Emmanuel Carrère, alors critique à Positif, s’enthousiasmait pour le film et écrivait dans un long et brillant texte pour la revue : « Dans cette œuvre solidement et prosaïquement construite, où l’intrigue suit son chemin en se ménageant de confortables marges d’incertitude, tout peut arriver. Car l’événement dans le récit, est constamment doublé par l’événement, infiniment plus fluide, capricieux, injustifié, dans la mise en scène. Tout se vide de signification, sans accéder pour autant à la signification, purement négative, du récit absurde. Celui-ci aurait encore un caractère démonstratif. Au contraire, The Shout, qui a sa cohérence interne, ne veut, littéralement, rien dire. » Il est vrai que les associations libres auxquelles se livre Skolimowski tissent un fil ténu et que la perte de sens totale n’est jamais très loin. Le pari est assez fou. Dès lors, si l’inquiétude est présente tout le long, la peur véritable ne s’installe jamais vraiment au cœur de cet affrontement entre l’opportunément ténébreux et massif Alan Bates et le forcément troublé et fragile John Hurt Tel est le prix à payer, sans doute, dans cette œuvre étrange cherchant à subvertir la bonne vieille tradition anglaise et à libérer les instincts primaires des hommes et des femmes en en passant par les carambolages des visions et des sensations sonores.

 

Le Cri du sorcier
The Shout
de Jerzy Skolimowski

Royaume-Uni – 1978
Durée : 83 min
Sortie France du DVD : 2 juin 2015
Format : 1,85 – Couleur – Son : 2.0.
Langues : anglais, français – Sous-titres : français.
Boîtier : Keep Case
Éditeur : Elephant Films
Collection : Cinéma MasterClass : La collection des Maîtres

Bonus :
Présentation exclusive du film par Jean-Pierre Dionnet (16’)
Bandes-annonces
Galerie de photos