Rechercher du contenu

Une comédie du couple en décalage Sortie DVD de "Arrête ou je continue" de Sophie Fillières

Pomme et Pierre forment un couple qui, dans un bel appartement lyonnais, subit de plein fouet la crise de la quarantaine. Un jour, lors d’une balade en forêt, Pomme décide après une énième dispute de continuer à marcher seule, laissant Pierre rentrer avec leur voiture. Son escapade forestière s’éternise.

Pour raconter l’histoire de son couple moderne au bord de la crise de nerfs, Sophie Fillières a tenté de trouver une place particulière, quelque part entre le regard comiquement décalé et l’observation clinique d’un cas psychologique, la deuxième se substituant progressivement au premier. La description du milieu, tendance bobo de province, est fine, et celle de la crise conjugale précise, la cinéaste sachant exactement où appuyer pour faire mal à tous les quadragénaires vivant en couple. Cependant, le report de ce milieu sur l’écran parait appliqué, les dialogues, notamment, tournant comme une mécanique dans les bouches d’une actrice et d’un acteur rompus à l’exercice (et emblématiques du cinéma français d’auteur : Emmanuelle Devos et Mathieu Amalric), et s’il est fait étalage de petites irritations mutuelles bien observées, celles-ci sont mises en scène sans grand relief. L’ennui, sinon l’agacement, peut donc pointer son bout de nez, même si l’on a conscience qu’un jeu se joue aussi ici avec les codes du genre, comme le prouve l’entrée en matière située dans une exposition de photographies. Les moments de comédie s’enchaînent, dans un registre toujours « soft » et aimablement incongru, mais, basés sur la répartie des protagonistes, ils s’étirent sur un rythme indécis.
Comme nous le devinons au fur et à mesure, voyant la caméra s’attarder de plus en plus fréquemment en fin de plan sur le personnage féminin, le point de vue va dévier légèrement. Dans la deuxième moitié, nous épousons plus franchement celui de Pomme que celui de Pierre. Présentée comme fragile (Pierre l’est aussi mais son malaise est rendu moins évident), Pomme frôle par moments la perte de raison, comme le faisaient les femmes chez Cassavetes (un clin d’œil est fait dans le film avec la citation du nom de Gena Rowlands), et son errance dans les bois, montée en parallèle avec la nouvelle solitude de son mari, a pour but de nous émouvoir. Malheureusement, ce virage du récit ne provoque pas de véritable changement dans la perception des personnages et de leur histoire. Un certain détachement se fait toujours sentir et si Pomme, livrée à la nature, effectue un salutaire retour sur elle-même, ses réactions restent celles de la bobo que l’on a rencontrée quelques minutes auparavant. Il est vrai que cette permanence assure aussi la présence en pointillés de l’humour dans un segment un peu plus sombre.
Sophie Fillières souhaitait probablement proposer une chronique nappée de sauce aigre-douce. Le dynamisme de la première partie ne semble venir que de l’assemblage parfois brutal des séquences, et non de l’aigreur qui devrait faire son effet à l’intérieur même de ces dernières. Quant à la douceur, elle niche par exemple dans la reprise presque insistante d’un thème au piano qui fait étrangement flotter un parfum japonais (dans le sens où certains cinéastes de là-bas parviennent à produire un mouvement d’élévation à partir de l’intimité du petit périmètre). Là aussi d’ailleurs, la disparition de ce thème à mi-course, son remplacement par une musique plus électrique, se remarquent sans pour autant qu’ils produisent de sens déterminant ni d’émotion intense.
Partant d’un lieu connu, celui de la comédie de couple, Sophie Fillières a eu le mérite de chercher à tracer un sillon original, mais œuvrer dans un registre décalé est une entreprise risquée. Si le spectateur ne parvient pas à s’attacher tout de suite aux mouvements des corps et des cœurs orchestrés par la cinéaste, il se sent, dans la plupart des cas, distancé jusqu’à la fin.

 

Arrête ou je continue
de Sophie Fillières

Avec : Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric, Anne Brochet, Joséphine de La Baume, Nelson Delapalme, Julia Roy

France – 2014.
Durée : 102 min
Sortie cinéma (France) : 5 mars 2014
Sortie France du DVD : 1er juillet 2014
Format : 1,85 – Couleur – Son : Dolby Digital 5.1. et 2.0.
Langue : français – Sous-titres : français.
Boîtier : Digipack
Prix public conseillé : 19,90 €
Éditeur : Blaq Out
Distributeur : Blaq Out

Bonus :
Entretien avec Sophie Fillières
Scènes coupées