Rechercher du contenu

Anne Berjon

Le film que vous avez le plus vu :

Les Demoiselles de Rochefort [photo], une dizaine de fois.

Le film qui est toute votre adolescence :

Scream, pour le plaisir des frissons entre copines.

Le film qui vous a donné la révélation de votre cinéphilie :

Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort, l’année de mes 10 ans, qui m’ont montré à quel point le cinéma, à travers une de ses formes les moins réalistes (le film chanté), pouvait approcher la réalité des émotions. Puis, quelques années plus tard, Huit et demi, qui fut en quelque sorte ma seconde révélation cinéphile.

Le film qui vous a le plus traumatisé :

Ce n’est pas un traumatisme, mais je me souviens de mes premières frayeurs cinématographiques : Gremlins, vu à la télé à 7 ans. Il paraît que j’ai passé la majorité du film cachée sous la couette !

Le classique que vous détestez :

Je n’en ai probablement pas encore vu assez pour réussir à trouver une réponse…

Le nanar que vous adorez :

Ils sont souvent trop bons pour être des nanars, mais j’ai un gros faible pour les films de zombies…

Le cinéaste auquel vous êtes prêt à tout pardonner :

Jacques Demy.

Le film dans lequel vous aimeriez vivre :

La Vie est belle de Frank Capra, et pas uniquement pour être mariée à James Stewart.

Votre DVD de secours en cas de déprime :

The Shop Around the Corner, de Ernst Lubitsch

La réplique de cinéma qui est passée dans votre langage courant :

Aucune, ou alors totalement inconsciemment !

La découverte la plus marquante que vous ayez faite par hasard en travaillant pour les Fiches :

Le magnifique et surprenant Telepolis, un très bel hommage à Metropolis et à l’expressionnisme allemand (que je n’avais pas réussi à caser dans une autre réponse !).