Rechercher du contenu

L’Imax contre-attaque

Imax Corporation et Europalaces annoncent l’ouverture en France de quatre nouvelles salles de projection en numérique Imax.

Le 13 avril 2010, Richard Gelfond, directeur d’Imax Corporation, Julian Stanford, responsable du développement des salles Imax en Europe, et Franck Lebouchard, directeur d’Europalaces (filiale responsable de l’exploitation du groupe Gaumont-Pathé) ont annoncé l’ouverture de quatre nouvelles salles en France dédiées aux projections en numérique Imax, dans le cadre d’un partenariat. Actuellement, seul le cinéma Gaumont de Disney Village, à Marne-la-Vallée (77), récemment converti en numérique, disposait d’une salle permettant de projeter dans des conditions optimales pour le spectateur des films tournés en Imax, comme Alice au Pays des Merveilles.

Franck Lebouchard a dévoilé que la deuxième salle Imax française ouvrirait dans le multiplexe Pathé Quai d’Ivry (94), aux portes de Paris, dans un secteur qu’il a qualifié de “fortement concurrentiel”, notamment à cause de la proximité de ses concurrents, UGC et MK2. Les trois autres salles ouvriront en Province, les noms de villes comme Toulouse et Lyon ayant été évoqués. Julian Stanford et Franck Lebouchard ont expliqué le choix de la salle parisienne d’abord par des impératifs techniques (la salle Imax doit disposer de gradins et d’une largeur d’écran spécifique, outre le système sonore complexe) qui pourraient correspondre à ceux de la salle 2 du Pathé Quai d’Ivry ; elle devrait être inaugurée le 30 juin pour la sortie de Shrek 4, tourné en Imax 3D. Le prix du billet sera légèrement supérieur à celui d’un billet normal (3 euros, auxquels s’ajouteront ceux du prix de la location des lunettes pour un film en 3D), une hausse qui s’explique par la volonté de continuer à valoriser les projections Imax comme des événements en marge de la programmation habituelle.

Richard Gelfond a admis que la décision d’implanter davantage de salles en numérique Imax en Europe découlait indirectement du succès d’Avatar, qui a permis aux salles étrangères (notamment aux trois salles néerlandaises) d’engranger un chiffre d’affaires qu’il a qualifié de “phénoménal”, le film ayant converti au procédé 3D (et Imax 3D) une catégorie plus large de spectateurs. Cette décision a été confirmée par le succès des projections d’Alice au Pays des Merveilles au Disney Village.

{Alice au Pays des Merveilles} (Tim Burton, 2010)

Soucieux de redorer auprès du public l’image de son procédé (souvent réduit à une animation de parc d’attraction), le directeur du groupe canadien a par ailleurs rappelé qu’il continuerait à s’impliquer dans les projets en 2D de réalisateurs comme Christopher Nolan (The Dark Knight et, prochainement, Inception) ou encore Jon Favreau, dont Iron Man 2 sortira bientôt sur les écrans. Parmi les titres tournés en Imax, on trouve aussi les succès annoncés que sont Prince of Persia et le troisième épisode de Twilight ! Difficile pour l’heure de savoir quelle place trouveront les films en 2D comme Inception et le mystérieux Aftershock (dont les sorties sont prévues en juillet aux États-Unis) dans la seule salle Imax de Paris face aux blockbusters en 3D, comme Shrek 4 ou Toy Story 3 qui sortiront en France au début de l’été.

Enfin le doute plane encore sur l’ouverture éventuelle d’une salle Imax dans l’Ouest parisien. Cette décision dépendra probablement des résultats de la salle du Quai d’Ivry.

Franck Lebouchard a par ailleurs annoncé le lancement, prochainement, d’un système de réservation électronique des tickets de cinéma. Les spectateurs pourront imprimer ces billets directement depuis chez eux et éviter ainsi les files d’attente devant les guichets ou les bornes.

Marine Quinchon